CNews écarte Eric Zemmour de l’antenne après la décision du CSA – 20 Minutes

Spread the love
  • Yum

CNews a annoncé ce lundi via un communiqué que « le CSA [Conseil supérieur de l’audiovisuel), par sa décision du 9 septembre, contraint [la chaîne] et Eric Zemmour à ne pas pouvoir continuer l’émission qu’ils faisaient ensemble » et, précise-t-elle, « bien qu’Eric Zemmour ne soit pas déclaré candidat à l’élection présidentielle qui aura lieu dans 7 mois ».

La semaine dernière, le CSA a demandé aux médias audiovisuels de décompter les interventions du polémiste portant sur le débat politique national.

CNews dit regretter « une telle décision qui prive des millions de téléspectateurs
des interventions du chroniqueur ». Eric Zemmour, qui était à l’antenne du lundi au jeudi soir dans Face à l’info présenté par Christine Kelly, a réagi sur Twitter : « Le pouvoir en a rêvé, le CSA l’a fait. Le CSA nous contraint à arrêter l’émission. Ci-gît le débat public. »

« Vague à l’âme »

Eric Zemmour était cependant invité de l’Heure des pros sur CNews ce lundi matin pour commenter la décision de la chaîne info. « Je pense que c’était inévitable. Je pense que le CSA l’a fait exprès. Après mûre réflexion, pendant le week-end, on a bien compris que c’était la seule solution raisonnable. Quand on ne peut pas résister, il faut rompre et résister ailleurs », a-t-il déclaré, disant éprouver du « vague à l’âme ».

« Vous avez vu qu’ils me cherchent déjà des poux dans la tête avant même que je sois candidat », avait-il répondu dans la nuit de samedi à dimanche sur le plateau d’On est en direct sur France 2 à Laurent Ruquier lui demandant s’il repoussait l’officialisation de son éventuelle candidature pour rester plus longtemps sur CNews.

Eric Zemmour a par ailleurs renoncé début septembre à tenir ses chroniques hebdomadaires dans Le Figaro et Le Figaro Magazine afin de se concentrer sur la promotion de La France n’a pas dit son dernier mot, qui paraîtra mi-septembre. « Il était partant pour un congé sans solde », a précisé le directeur des rédactions du Figaro, Alexis Brézet qui, en juin, avait assuré à ses troupes que le polémiste devrait se retirer de son média s’il venait à se lancer dans la course à l’Elysée.

Leave a Reply

%d bloggers like this: