Clubhouse confirme qu’il y a eu des fuites audio, et annonce de nouvelles mesures

Spread the love
  • Yum

Vous ne connaissez pas l’application Clubhouse ? Pas de panique, vous pouvez toujours consulter notre test complet qui devrait vous rendre plus familier avec cette toute nouvelle application. Il y a quelques semaines, Elon Musk a annoncé qu’il allait faire un tour sur Clubhouse, depuis le nombre d’utilisateurs a explosé. Le 1er février Clubhouse avait 3,5 millions, et plus de 8,1 millions le 16 février. Ce nouveau réseau social qui ne ressemble à aucun autre est considéré par beaucoup comme étant une conséquence directe de la pandémie et des confinements qui ont tendance à déshumaniser nos échanges.

Toutefois, comme ce fut le cas lorsque Zoom a vu son nombre d’utilisateurs décoller lors du premier confinement, Clubhouse est aujourd’hui concerné par de sérieux problèmes liés à la confidentialité. La semaine dernière, un rapport de l’Internet Observatory de l’Université Stanford dénonçait quelques lacunes de la part des développeurs de Clubhouse en les poussant à réagir rapidement.

Des chercheurs en cybersécurité avertissent Clubhouse

Dernièrement, des chercheurs en cybersécurité ont annoncé qu’ils étaient parvenus à trouver un moyen de diffuser l’audio des échanges d’une room sur un autre site web. Si Clubhouse a confirmé auprès de Bloomberg l’existence de ces fuites, la société a aussi déclaré qu’elle avait installé de nouvelles mesures de sécurité pour empêcher que les conversations ne soient à nouveau diffusées. Un utilisateur est parvenu à connecter une API Clubhouse à son site Web, et donc partager le contenu des rooms auxquelles il assiste avec toute personne qui se rendait sur son site web.

Il faut dire que Clubhouse fonctionne encore sur invitation, ce qui peut parfois être frustrant pour les personnes curieuses de découvrir ce qu’il s’y passe. Des chercheurs de l’Université de Stanford craignent également que le gouvernement chinois puisse accéder aux fichiers audio, puisque Clubhouse est basée sur Agora, une société chinoise qui propose des API audio et vidéo en live.

Quoi qu’il en soit, suite aux avertissements de l’observatoire Internet de l’Université de Stanford, Clubhouse a assuré que les données des utilisateurs ne pouvaient pas être dérobées par des cybercriminels.

Leave a Reply

%d bloggers like this: