Dans une interview au JDD, la députée Delphine Batho a détaillé les amendements qu’elle avait déposés à la Loi d’orientation des mobilités (LOM) qui doit être examinée à partir de lundi, à l’Assemblée nationale.

Et si nous prenions le train plutôt que l’avion? La proposition vient de plusieurs députés écologistes mais aussi de la France insoumise ou même de LREM. «L’existence de dessertes aériennes comme Paris-Marseille ou Paris-Bordeaux n’a aucune justification. Ces parcours se font très facilement en train», a ainsi déclaré la députée Delphine Batho (non-inscrite) dans un entretien au JDD . Avec d’autres élus, elle a donc déposé plusieurs amendements à la Loi d’orientation des mobilités (LOM) qui doit être débattue à partir de lundi à l’Assemblée nationale. Pour lutter contre la pollution émise par le trafic aérien, les députés proposent notamment d’en finir avec les vols intérieurs pour lesquels une liaison ferroviaire en moins de cinq heures est disponible.

» LIRE AUSSI – Vidéosurveillance, covoiturage: ce que contient la loi mobilités

Paris-Bordeaux, Rennes-Strasbourg, Paris-Toulouse, Lille-Montpellier … Tous les jours, les vols domestiques sont réguliers et ne sont parfois pas plus rapides que le train. Comptez environ une heure pour rejoindre Bordeaux depuis la capitale en avion et seulement une heure de plus en train. Les trajets sont d’ailleurs fréquents puisque la SNCF en compte 20 par jour. L’impact sur l’environnement est pourtant radicalement différent. D’après la direction générale de l’aviation civile (DGAC), un vol Paris-Bordeaux émet 72,4 kg de CO2 par passager. Ce même trajet effectué en train en émet 1,394 kg, d’après la SNCF. Soit une consommation 52 fois moins importante.

C’est pourquoi ces députés souhaitent fortement restreindre les vols intérieurs. Une proposition de loi portée par l’Insoumis François Ruffin, et soutenue par Delphine Batho entre autres, vise à interdire les vols s’il est possible d’emprunter le même trajet en train mais avec seulement 2h30 de plus. D’après Franceinfo, 72 vols quotidiens pourraient être supprimés d’après cette loi. L’élu propose également de taxer les billets d’avion et le kérosène. Quant à Delphine Batho, elle a également déposé un amendement visant à interdire les publicités sur les transports aériens. «L’arrivée des compagnies low-cost et les systèmes de promotions permettent des prix très bas. C’est totalement aberrant», a dénoncé l’ancienne ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie auprès du JDD .

Plusieurs autres pays européens sont également concernés par cette prise de conscience sur les trajets en avion. Aux Pays-Bas, les liaisons Amsterdam-Bruxelles devraient être interdites. En Suède, pas d’interdictions mais de nombreux habitants préfèrent désormais voyager en train par conscience écologique. Le phénomène porte un nom: «flygskam», qui signifie «la honte de prendre l’avion». Et ses effets se font ressentir sur l’activité des compagnies aériennes. Au premier trimestre 2019, l’Agence suédoise des transports a publié les chiffres pour l’ensemble des 38 aéroports du pays : le nombre de passagers a diminué de près de 4,4% sur un an, dont – 5,6% sur les vols domestiques. Au contraire, les transports ferroviaires, eux, se frottent les mains. La principale entreprise ferroviaire du pays, le SJAB, a vu son chiffre d’affaires augmenter de 10% au premier trimestre 2019 sur un an.

À VOIR AUSSI – Écologie: êtes-vous prêts à renoncer à l’avion?

Ecologie : êtes-vous prêts à renoncer à l’avion ? – Regarder sur Figaro Live