Crédit : @Dame

Le métro de New York n’est pas particulièrement prude. Ces dernières années, la Metropolitan Transportation Authority, l’organise chargé de la gestion des transports publics dans la ville américaine et ses alentours, a régulièrement approuvé des publicités pour des préservatifs ou des médicaments pour les troubles de l’érection. C’est en tout cas ce qu’affirme Dame, une entreprise de sex toy féminin, qui s’insurge de s’être vu refuser une demande de publicité pour son produit. L’entreprise vient de déposer une plainte contre la Metropolitan Transportation Authority invoquant une décision sexiste, et la « pudeur de reconnaitre ouvertement le plaisir sexuel féminin. »


Crédit : @Dame

La plainte de Dame contre la Metropolitan Transportation Authority n’est qu’une énième bataille pour l’entreprise. Pour lancer son tout premier produit, Dame avait opté pour une campagne de financement participatif, mais la firme s’était alors heurtée au refus de Kickstarter, avant de financer son produit via Indiegogo et avoir recueilli près de 575 000 dollars.

Cette fois, c’est le métro new yorkais qui lui refuse l’entrée, indiquant que les restrictions sur les annonces diffusées ne sont « en aucun cas discriminatoires, ni fondées sur le genre », d’après un porte-parole de la Metropolitan Transportation Authority. Celle-ci indique que les publicités pour les médicaments approuvés par la FDA sont autorisés, mais en aucun cas celles « pour des jouets sexuels ou des appareils pour tout genre ». De son côté, Dame évoque une censure, et que ce refus de la Metropolitan Transportation Authority « reflète sa vision victorienne de la sexualité et nuit de manière disproportionnée aux femmes. » Affaire à suivre, donc.

Ce n’est pas la première fois qu’un jouet sexuel féminin fait polémique. Durant la dernière édition du CES de Las Vegas, le sex toy Osé de Lora DiCarlo avait été privé de salon, juste après avoir gagné une récompense qui lui a été injustement retirée. Il y a un mois, le comité est finalement revenu sur sa décision en réattribuant le prix d’honneur au sex toy.