Cérémonies religieuses : le soulagement de l’Église de France – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

La décision du Conseil d’État est reçue sans triomphalisme par l’épiscopat. Une délégation d’évêques est attendue en soirée à Matignon par Jean Castex pour négocier une «une jauge réaliste»

C’est à l’heure où la plupart des catholiques sont à la messe, dimanche matin 29 novembre, à 10h30, que la nouvelle du Conseil d’État cassant la limite imposée par le gouvernement de 30 personnes par messe, est tombée.

Le Conseil d’État donne trois jours à l’exécutif pour revoir cette jauge à la hausse mais sans préciser aucun chiffre sinon que le nombre de fidèles devra être «strictement proportionnés» à la situation particulière des établissements de culte.

La conférence épiscopale qui avait saisi le Conseil d’État sur ce point sera reçue ce dimanche à 18 h par le premier ministre Jean Castex pour voir comment mettre concrètement cette décision en oeuvre. Les évêques demande une occupation à 30 % des capacités des Eglises.

«Pas de triomphalisme», a aussitôt commenté au Figaro Vincent Neymon, porte-parole des évêques : «Le droit est rétabli, la raison est reconnue, nous sommes heureux que le juge ait ramené de l’intelligence dans ce dossier. C’est aussi très heureux pour les catholiques. Ils vont pouvoir, même contraints par une limite, retourner à la messe avec moins de tension. Le protocole proposé depuis le début par l’Eglise et qui sera à nouveau demandé ce soir à Matignon, c’est un tiers de fidèles par lieu de culte accompagné de toutes les précautions sanitaires connues.»

Le droit est rétabli, la raison est reconnue, nous sommes heureux que le juge ait ramené de l’intelligence dans ce dossier

Vincent Neymon, porte-parole des évêques

Beaucoup de paroisses n’ont d’ailleurs pas attendu le jugement pour permettre, samedi soir et dimanche, dans la limite de ce tiers de la surface, l’accès des fidèles, tout en développant une forte vigilance lors des célébrations pour le respect des mesures sanitaires habituelles.

En attendant ce que le premier ministre décidera, le jugement du Conseil d’État détend toutefois l’atmosphère. La mesure des «30 fidèles par messe» quelle que soit la surface de l’église ne pouvait pas, en effet, être respectée d’après les évêques et les prêtres, pour la raison qu’ils estimaient ne pas pouvoir appliquer concrètement cette règle demandée par le président de la République et confirmée par le premier ministre.

Souci de concertation

L’Église catholique insiste cependant depuis le début de cette confrontation sur son souci de «concertation» avec l’autorité publique et son refus absolu de faire de la messe un enjeu politique.

D’où l’enjeu du rendez-vous à Matignon dimanche soir. Dans son communiqué officiel, la conférence des évêques explique : «le juge des référés du Conseil d’État a retenu le caractère disproportionné de la mesure gouvernementale qui limitait à 30 le nombre de personnes autorisées à assister aux cérémonies religieuses dans les lieux de culte, en relevant qu’il n’y avait pas de justification à cette interdiction absolue et générale « alors qu’aucune autre activité autorisée n’est soumise à une telle limitation fixée indépendamment de la superficie des locaux en cause ».

Les évêques précisent : « Ce soir, à l’occasion de leur rencontre avec le premier ministre, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la CEF et archevêque de Reims, Mgrs Dominique Blanchet (évêque de Belfort Montbéliard), et Olivier Leborgne, (évêque d’Arras), vice-président de la CEF, Mgr Dominique Lebrun (archevêque de Rouen), membre du Conseil permanent et Mgr Stanislas Lalanne (évêque de Pontoise) rediront leur souhait que soit actée, dans les trois jours qui ont été impartis au gouvernement par la décision du juge des référés du Conseil d’État, l’adoption d’une jauge réaliste, comme le prévoyait le protocole sanitaire qu’elle avait déjà présenté. »

La conférence des évêques observe enfin que «le droit a ainsi été rétabli et que la raison a été reconnue. Elle souhaite pour autant que le recours judiciaire reste l’exception dans un réel dialogue dont elle attend la reprise.»

À Paris, l’archevêque, Mgr Michel Aupetit, qui avait aussi exercé un recours au Conseil d’État, au côté de la conférence des Évêques de France, «se réjouit que soit ainsi reconnu en justice le caractère manifestement illégal de la décision qui avait été prise par le gouvernement, au mépris de la concertation intervenue.»

Pour sa part l’archevêque de Rennes, Mgr Pierre d’Ornellas, confie: «Le Conseil d’État reconnaît que la liberté de culte n’est pas une liberté comme les autres. Comme s’il reconnaissait que la dimension spirituelle et religieuse est une dimension particulière à respecter dans toute société, et en l’occurrence la nôtre».

Enfin l’association de laïcs «Pour la messe» qui fut très active dans la défense de la liberté de culte en portant au président de la République une pétition de plus de 100 000 signatures demandant le rétablissement du culte et qui avait aussi déposé un recours au Conseil d’État, a assuré «se réjouir de la décision du Conseil d’État qui met fin à la jauge absurde, inadaptée et méprisante de 30 personnes pour assister à la messe. Cette décision du Conseil d’État vient sanctionner une restriction incohérente et discriminatoire.» L’association « Pour la messe » appelle le président de la République et son gouvernement à «cesser le mépris dont ils font preuve depuis le début de cette crise sanitaire et à considérer la foi des croyants pour ce qu’elle représente : un trésor pour chacun et un facteur d’équilibre pour la société tout entière. »

À voir aussi – Face à l’allègement du confinement, reprise des messes sous haut protocole sanitaire

Leave a Reply

%d bloggers like this: