Ce que l’on sait au lendemain de l’attaque terroriste au commissariat de Rambouillet – Nice-Matin

Spread the love
  • Yum

L’un de ses anciens voisins, interrogé par l’AFP, qui l’a connu à cette adresse deux mois en 2017, se souvient d’un homme “musulman” mais “pas pratiquant”, vivant seul et travaillant dans le bâtiment.

Sur les réseaux sociaux se dessine le profil d’un trentenaire aimant les activités de plein air. Pendant plusieurs années, ses posts publics sont consacrés en nombre à la dénonciation de l’islamophobie ou des propos de polémistes comme Eric Zemmour.

Mais à partir d’avril 2020, au moment du confinement, il ne publie plus que de pieuses prières et des versets coraniques.

Le 24 octobre 2020, huit jours après l’assassinat du professeur de collège Samuel Paty par un islamiste, il change sa photo de profil et rejoint une campagne intitulée “Respectez Mohamed prophète de Dieu”.

Enquête antiterroriste

Après un évaluation, le parquet national antiterroriste (Pnat) a ouvert une enquête pour “assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste”.

Le procureur antiterroriste, Jean-François Ricard, a expliqué que cette saisine s’appuyait sur le mode opératoire, une attaque à l’arme blanche, la qualité de la victime – une fonctionnaire de police prise pour cible, conformément aux mots d’ordre récurrents du groupe jihadiste État islamique (EI) -, ainsi que les “propos tenus par l’auteur lors de la réalisation des faits” et “des éléments de repérage”.

Trois personnes de l’entourage de Jamel G., dont une personne qui l’avait accueilli à son arrivée en France, ont été placées en garde à vue vendredi en fin d’après-midi. L’habitation du logeur, située dans le Val-de-Marne, et le domicile de l’assaillant ont été perquisitionnés.

L’enquête a été confiée conjointement à la Direction centrale de la police judiciaire et à la Direction générale de la sécurité intérieure.

Leave a Reply

%d bloggers like this: