Ce dimanche à 17h02, un gros astéroïde va “frôler” vos têtes

Spread the love
  • Yum

Les distances sont bien évidemment relatives. Ce dimanche, la Terre va voir le plus gros astéroïde de 2021 se rapprocher à environ deux millions de kilomètres de distance.

Baptisé 2001 FO32 et mesurant un peu moins d’un kilomètre de diamètre, ce corps rocheux passera au plus proche de notre planète aux alentours de 17h02, heure de Paris (16h02 GMT). Selon les astronomes, il sera alors précisément à 2 016 158 km de la Terre, soit environ 5,24 fois la distance Terre-Lune.

Faut-il pour autant s’en inquiéter ? Non, “il n’y a pas de risque de collision avec notre planète” assure l’agence spatiale américaine (NASA). Les experts de l’Observatoire de Paris-PSL, expliquent dans un communiqué que la trajectoire est “suffisamment bien connue et régulière” pour écarter avec certitude tout risque de collision.

“Potentiellement dangereux”

Pour autant, cet astéroïde est classé comme “potentiellement dangereux” selon la définition de l’Union Astronomique Internationale. Cette classification estime que tout corps rocheux, dont l’orbite de situe à moins de 0,05 unités astronomiques de la Terre (soit environ 19,5 fois la distance Terre-Lune) et dont le diamètre est supérieur à 140 mètres, implique un danger.

L’Observatoire parisien se veut rassurant : “de telles rencontres proches sont d’ailleurs très fréquentes, la plupart du temps avec des objets de plus petite taille”. L’astéroïde 2001 FO32 avait déjà été observé une première fois en 2001. Aujourd’hui, il filera à une vitesse de 124 000 km/h, soit “plus vite que la plupart des astéroïdes” qui passent près de la Terre, selon les données de la NASA.

L’Observatoire français se permet de conclure “le passage de 2001 FO32 le 21 mars 2021 est un non événement car il ne présente aucun risque, mais nous rappelle qu’il faut rester mobilisé pour la surveillance de notre environnement spatial”.

Comment l’observer ?

Reprise par nos confrères de l’AFP, la NASA affirme que les astronomes amateurs devraient pouvoir l’observer au mieux dans l’hémisphère Sud et à des latitudes Nord basses. Florent Deleflie, astronome à l’Observatoire de Paris, rajoute “il faudra attendre qu’il fasse nuit et s’armer d’un bon télescope d’au moins 20 centimètres de diamètre” pour le voir passer au-dessus de nos têtes. Le petit point blanc devrait se déplacer comme un satellite.

Leave a Reply

%d bloggers like this: