Ce deepfake d’un opposant russe a trompé des députés européens

Spread the love
  • Yum

La semaine dernière, Rihards Kols, qui préside la commission des affaires étrangères du parlement letton, s’entretient par visioconférence avec un certain Leonid Volkov, un membre de l’opposition russe, proche d’Alexeï Navalny. À première vue, il n’y a rien de bien surprenant dans cet échange, le seul élément inhabituel est que son interlocuteur semble assez pressé et l’échange est très bref.

Il apprendra par la suite avoir été victime d’un « canular ». « Bienvenue dans l’ère du deepfake, on dirait son vrai visage, comment ont-ils réussis à le représenter aussi fidèlement sur Zoom », se demande l’élu. Il n’est pas le seul à s’être fait avoir, des députés britanniques, estoniens, et lettons se sont aussi fait surprendre.

Un duo d’humoristes russes derrière cette manipulation ?

Pour rappel, les deepfakes sont des techniques misant sur l’intelligence artificielle qui permettent de créer de fausses vidéos ou extraits vocaux très réalistes. Avec le temps, la technologie s’est perfectionnée comme l’illustre ce dernier événement.

Dans le cas présent, les auteurs auraient utilisé des applications pour smartphones qui permettent de superposer d’autres visages sur les leurs ou d’animer une image de n’importe quel visage, à l’image d’une marionnette. Le procédé fonctionne d’autant mieux avec les appels vidéos ne sont pas toujours de bonne qualité et empêchent de voir certains détails.

Dans un post Facebook, Rihards Kols s’est dit plutôt amer de l’utilisation ce procédé qui devrait servir d’avertissement aux autres politiques : « Il est clair que cette ère de la post-vérité a le potentiel de menacer gravement la sécurité et la stabilité des pays, des gouvernements et des sociétés à l’échelle locale et internationale ».

Le vrai Leonid Volkov a de son côté accusé le duo russe Vovan et Lexus de se trouver derrière ce détournement.  Ces derniers, réputés proches du pouvoir russe, se sont illustrés par le passé à travers plusieurs coups d’éclat. En 2019, ils ont notamment affirmé avoir piégé Emmanuel Macron en se faisant passer pour le nouveau président ukrainien Vladimir Zelensky. Une information qui n’a pas été confirmée ou infirmée par l’Élysée.

Leave a Reply

%d bloggers like this: