CDiscount enchaîne amende et vol de données, mais s’accroche à sa rentabilité

Spread the love
  • Yum

CDiscount enchaîne amende et vol de données, mais s'accroche à sa rentabilité

Une amende administrative de 986 432 euros a été infligée à l’entreprise bordelaise fin 2020, « pour défaut d’un récapitulatif de commande conforme concernant l’abonnement CDiscount à volonté », rapporte l’AFP.

Près d’un million d’euros sont réclamés par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) de Gironde pour manquements en matière d’information des consommateurs. Dans le détail, il est reproché à la société un « défaut d’un récapitulatif de commande conforme concernant l’abonnement CDiscount à volonté ».

L’abonnement à l’offre CDiscount à volonté permet aux clients de bénéficier de frais de livraison gratuits (pour un minimum de 10 euros ou 25 euros d’achat, en fonction des options choisies) et d’un récapitulatif de commande, et ce pour un tarif de 29 euros. Une offre destinée à concurrencer le fameux Amazon Prime, de son plus grand concurrent, sur le territoire français. Avec un certain succès.

publicité

Un recours déposé devant le tribunal administratif

« Depuis que j’ai découvert cette offre, je me passe de Prime », indique un client de l’entreprise interrogé par ZDNet.fr. « Surtout que les délais d’expédition sont très performants. »

Mais une formule spécifique de cette offre, portant sur une période d’essai gratuite pour le même service et qui devenait payante au bout de six jours en cas de non-désistement, ne fournissait pas aux consommateurs un récapitulatif de leurs commandes. D’où la sanction.

L’enquête des services de l’Etat, menée à la suite de plaintes de consommateurs, a recensé 988 432 incidences d’absence de récapitulatif de commande sur une période allant de mai 2018 à octobre 2019.

Contacté par l’AFP, CDiscount, filiale du groupe Casino, assure de son côté que la DDPP n’a pas recensé ce volume d’incidents. Pour calculer le montant de l’amende, la Direction a « choisi de généraliser les constatations faites sur [une] dizaine de cas à l’ensemble des abonnements souscrits au cours de la période ».

L’entreprise indique « contester formellement cette décision tant sur son fondement que sur son montant, l’information exhaustive tout au long du parcours d’achat étant pleinement respectée ». CDiscount a déposé un recours devant le tribunal administratif « pour faire valoir sa position ».

Les données de 33 millions de clients dans la nature

Les soucis s’accumulent ces derniers jours pour le géant français de l’e-commerce, qui revendique désormais plus de 10 millions de clients. Au début de ce mois, un cadre de la société était suspecté d’avoir dérobé les données de 33 millions de clients. Une partie des données dérobées, qui ne comportent pas d’informations bancaires, semblent avoir été proposées au téléchargement sur des sites spécialisés. Le responsable suspecté a été mis en examen.

« Ce que nous pouvons clairement affirmer, c’est qu’aucune donnée bancaire n’est concernée par cet événement, Cdiscount ne stocke aucune donnée bancaire de ses clients. Les données volées concernent le nom, le prénom, le sexe et la date de naissance, l’e-mail du client ainsi que le montant total des commandes sur les deux dernières années. L’utilisation possible de ce type de données est une tentative de phishing ou la prospection commerciale non désirée », indiquait alors un porte-parole de Cdiscount à LSA.

Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que celui qui se veut être le plus important concurrent d’Amazon sur le sol français à maille à partir avec les autorités. En 2016, la CNIL, alertée par des dizaines de plaintes, avait identifié pas moins de 10 manquements, notamment en matière de sécurité, sur le site de CDiscount. Le site d’e-commerce avait alors écopé d’un avertissement public et d’une mise en demeure. 10 ans plus tôt, l’entreprise était condamnée pour publicité mensongère et infraction à la législation des soldes.

Une nouvelle offre de marketplace lancée en début d’année

En 2020, le volume d’affaires de l’entreprise est en croissance de près de 8 %, ce qui réduit sa dette. CDiscount a également contracté ses pertes (15,7 millions d’euros contre 61,6 millions en 2019) et amélioré sa rentabilité, avec un résultat opérationnel en hausse de 63 %, à 133 millions d’euros, indique Les Echos.

Des résultats qui sont le fruit en grande partie du développement de sa marketplace, dont les revenus sont en hausse de 21,6 % en 2020 (à 1,5 milliard d’euros). Reste que CDiscount Marketplace, lancé il y a 10 ans, n’a jusqu’ici pas encore dégagé de profit.

Mi-janvier, CDiscount annonçait le lancement d’une solution d’une nouvelle offre de marketplace (technologie, produits, logistique) pour permettre aux acteurs du commerce physique et aux pure-players d’accélérer leur activité de e-commerce.

« Ce nouveau pilier stratégique constitue un axe fort de croissance à l’international et de rentabilité, aussi structurant que le lancement de notre place de marché il y a 10 ans. A travers le lancement de cette nouvelle activité, nous portons à l’international une proposition technologique, logistique et e-commerce européenne participant ainsi à l’émergence d’un modèle numérique alternatif », indiquait à ce propos Emmanuel Grenier, président-directeur général de Cdiscount.

Leave a Reply

%d bloggers like this: