Castex intime: les coulisses de notre reportage – Paris Match

Spread the love
  • Yum

Le Premier ministre nous a longuement reçu en famille à Matignon. Voici les coulisses d’un rendez-vous exceptionnel.

Nous voulions dresser le bilan de ses six premiers mois à Matignon. Des mois difficiles pour Jean Castex, chahuté dans les sondages, parfois moqué sur les réseaux sociaux. Mais il a fini par prendre ses marques. Nous avons été comme en immersion durant presque un mois, au plus près de son action et partageant même avec lui des moments de vie familiale. Le premier rendez-vous a eu lieu à Matignon, en compagnie de Camille Pascal, sa plume depuis la rentrée et ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy comme lui. Nous l’avons ensuite suivi lors d’un déplacement à Reims, le 28 novembre 2020. C’était le premier jour de la première phase du déconfinement. Il était ce jour-là accompagné du ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Plutôt décontracté, il a discuté un long moment avec la présidente du Grand Reims, Catherine Vautrin et le maire de la ville, Arnaud Robinet, avant d’échanger avec des Français qui reprenaient ce jour-là le chemin des commerces de proximité.

Le 13 décembre, nous sommes retournés à Matignon, en présence de sa conseillère en communication Mayada Boulos. Nous avons pris l’apéritif dans son bureau de Premier ministre, avant de déjeuner dans son appartement privé. Trois de ses quatre filles étaient présentes – Léa, Eugénie et Pauline, seule Lise manquait à l’appel -, ainsi que sa femme Sandra. «Si ma femme n’avait pas accepté de venir habiter à Matignon, je ne serai pas premier ministre…», nous a-t-il répété. Détendu, il blaguera ce jour-là sur les origines pradéennes de Pascal Rostain, notre photographe. L’atmosphère était joyeuse, l’accent chantait plus que jamais. Luna, la petite chienne – une épagneule bretonne – montée elle aussi à Paris, tournait autour de la table tandis que Brume et Zouzou, les deux chats de la maison, restaient tapis dans les pièces voisines. « Ma ville me manque, nous a-t-il confié. Le terrain et les gens, surtout. Ce sont mes capteurs. »

“La période de rodage est terminée”, souffle-t-il

Un dernier reportage était prévu à Toulon vendredi 18 décembre. Une ville importante à ses yeux. C’est dans le Var qu’il a eu son premier poste de haut-fonctionnaire, en tant que directeur des Affaires sanitaires et sociales. Il a occupé ce poste pendant trois ans, une période fondatrice pour lui alors qu’il était jeune énarque. Il voulait y retourner avec nous pour revoir d’anciens collaborateurs et nous montrer une facette méconnue de son histoire personnelle. Mais ce déplacement sera annulé. Cas contact du président de la République Emmanuel Macron, il a été contraint à l’isolement. « J’ai déjà eu le statut émérite de cas contact, en septembre sur le Tour de France. Je me porte comme un charme », nous a-t-il dit au téléphone, vendredi 18 décembre. Aujourd’hui, il se consacre entièrement à la vaccination anti-Covid, qui devrait débuter le 27 décembre. Castex va y jouer une partie de sa crédibilité. « Se faire vacciner c’est se protéger et faire un acte de solidarité ». Plus que jamais, le Premier ministre proclame sa confiance envers le « peuple français qui est un grand peuple, généreux, solidaire, mais qui ne se laisse pas conduire facilement ». « La période de rodage est terminée », souffle-t-il, mesurant le chemin parcouru.

castecouv

Retrouvez l’intégralité de notre reportage et des photos exclusives à Matignon dans le numéro 3738 de Paris Match.

Toute reproduction interdite

Leave a Reply

%d bloggers like this: