Les panneaux 80 et 90 km/h semblent partis pour cohabiter longtemps sur les routes départementales. | THOMAS BREGARDIS / OUEST-FRANCE
  • Les panneaux 80 et 90 km/h semblent partis pour cohabiter longtemps sur les routes départementales.

    Les panneaux 80 et 90 km/h semblent partis pour cohabiter longtemps sur les routes départementales. | THOMAS BREGARDIS / OUEST-FRANCE

Les panneaux 80 et 90 km/h semblent partis pour cohabiter longtemps sur les routes départementales. | THOMAS BREGARDIS / OUEST-FRANCE

Erwan ALIX. Modifié le

Les députés ont voté jeudi 6 juin l’assouplissement par les départements et les maires de la limitation à 80 km/h sur leurs routes départementales. Si certains sont prêts à remonter la vitesse dès la loi promulguée, beaucoup d’entre eux restent circonspects et réservés.

La limitation à 80 km/h sur les routes départementales, une mesure impopulaire considérée comme l’un des détonateurs de la crise des Gilets jaunes, va être assouplie. Les députés ont voté jeudi 6 juin dans la soirée, l’assouplissement par les maires et les départements de la mesure sur les routes secondaires.

Une décision accueillie de façon variée par les présidents des conseils départementaux. Le fait que les députés élargissent cette compétence de l’État a fait grincer des dents.

Beaucoup avaient perçu la limitation à 80 km/h comme imposée sans concertation depuis Paris. Maintenant on leur suggère de se responsabiliser sur la sécurité routière, un domaine qui fait partie des préoccupations des élus locaux de longue date.

Beaucoup de réserves

Quelques départements vont s’empresser de ressortir les panneaux 90 qui avaient été stockés depuis juillet 2018. La Haute-Marne va ainsi voter le retour des 90 km/h sur 12 % de ses routes. D’autres, comme en Mayenne, sont favorables à la mesure mais comptent prendre le temps d’études et choisir les routes qui bénéficieront d’un assouplissement. Plusieurs annoncent d’ailleurs qu’ils pourraient aussi abaisser davantage la vitesse sur certains axes.

Une grande partie des conseils départementaux restent réservés, notamment en Bretagne. On attend d’abord que la loi Mobilités soit votée, pour voir ce que contiendra vraiment le texte. Une question revient souvent : si un accident survient sur une route départementale repassée de 80 à 90 km/h, le département pourra-t-il être considéré comme responsable ?

Ensuite, viendra une phase d’étude avec les partenaires compétents pour définir quels sont les tronçons concernés par un aménagement de la vitesse. Voici les intentions manifestées par les départements début juin :

Pour les Ardennes, le Gard, le Rhône et la Loire-Atlantique, le retour à 90 km/h, c’est non

Quatre départements annoncent clairement un non : les Ardennes, le Rhône, le Gard, et la Loire-Atlantique. Là, les présidents des conseils départementaux vont sur le terrain politique et estiment que cette mesure et son assouplissement sont de la responsabilité de l’État. Dans le Gard, le président Denis Bouad estime également qu’il faut aller au bout de l’expérimentation de 2 ans des 80 km/h, une position qui a fait débat localement.

Philippe président du conseil départemental de Loire-Atlantique l’a confirmé ce jeudi 6 juin : « C’est une réforme qui va dans le sens de l’histoire, pas question de revenir dessus. Aucune route départementale en Loire-Atlantique ne repassera à 90 km/h. »

41 départements sont réservés, avec plus ou moins de freins. Ils attendent généralement de voir le texte de loi final, et aborderont ensuite pour la plupart une phase d’études avec les instances locales concernées (préfecture, voirie, sécurité routière…) avant de commencer à changer à nouveau les panneaux.

45 départements accueillent favorablement un assouplissement et se tiennent prêts à repasser à 90 km/h dès que cela sera possible. Ce qui n’exclut pas pour certains de passer d’abord par une phase d’études. On retrouve parmi eux de nombreux départements ruraux, qui étaient vent debout contre le passage aux 80 km/h, perçu comme un facteur d’enclavement.

Partager cet articleLes panneaux 80 et 90 km/h semblent partis pour cohabiter longtemps sur les routes départementales.

CARTE. Quels départements comptent revenir aux routes à 90 km/h ?Ouest-France.fr