Capitole aux Etats-Unis : l’homme qui menaçait de faire exploser une bombe s’est rendu – Le Monde

Spread the love
  • Yum
La police est intervenue, jeudi 19 août, pour inspecter un véhicule suspecté de contenir des explosifs près du siège du Congrès américain à Washington.

Les forces de l’ordre ont arrêté, jeudi 19 août, un homme assis dans un véhicule stationné à proximité du Capitole, à Washington, et disant détenir des explosifs. La menace de cet homme, qui s’est rendu après des négociations avec la police, a provoqué le déploiement d’un fort dispositif de sécurité autour du siège du Congrès américain et conduit à l’évacuation de plusieurs bâtiments de la capitale fédérale américaine.

Le suspect « est sorti de son véhicule et s’est rendu », a déclaré le chef de la police du Capitole, Thomas Manger, en conférence de presse. Il a été placé « en détention sans incident », a-t-il précisé. Sur des images de la chaîne NBC, on peut voir le suspect sortir de son véhicule, lever les bras en s’agenouillant puis ramper vers les policiers.

« Le conducteur de la camionnette a dit à l’agent arrivé sur les lieux qu’il avait une bombe et il semblait, selon l’agent, qu’il y avait un détonateur dans la main de cet individu », avait dit M. Manger, avant la reddition de l’individu.

« Nous n’avons pas trouvé de bombe dans le véhicule mais des matériaux qui peuvent permettre de fabriquer des bombes ont été récupérés dans la camionnette », a écrit la police du Capitole dans un communiqué, précisant que l’enquête se poursuit. Les routes ont été rouvertes autour du Capitole, dont l’enceinte est sous haute sécurité depuis l’assaut du 6 janvier.

Un membre du mouvement pro-Trump « MAGA »

Les enquêteurs ne disposent pas d’éléments laissant penser que le suspect avait des complices. « Je crois que sa mère était décédée récemment, et nous avons parlé avec des membres de sa famille, il était aux prises avec d’autres problèmes », a relevé M. Manger.

Le suspect, âgé de 49 ans, a été identifié sous le nom de Floyd Ray Roseberry par la police. Un peu plus tôt, un homme blanc au crâne rasé et barbu, avait posté une vidéo sur Facebook sur un compte au nom de Ray Roseberry. Il y proférait des menaces.

« Je ne bougerai pas d’ici », disait l’homme sur l’enregistrement. « Tirez-moi dessus », lançait-il en défiant du regard la caméra et en menaçant de faire détoner la bombe qu’il prétendait détenir. « Il faut qu’ils fassent venir Joe Biden ici. » L’individu suggérait, par ailleurs, que quatre autres bombes avaient été placées ailleurs, dans d’autres voitures. Et il s’attaquait au parti démocrate de Joe Biden, majoritaire au Congrès.

Les messages de Floyd Ray Roseberry sur les réseaux sociaux « suggèrent qu’il fait partie du mouvement pro-Trump MAGA », acronyme de « Make America Great Again » (Rendre sa grandeur à l’Amérique), le slogan de l’ex-président Donald Trump, a souligné le groupe de surveillance des sites extrémistes SITE. Facebook a depuis rendu son profil indisponible et enquête sur les faits, a fait savoir à l’Agence France-Presse (AFP) un porte-parole de la plateforme.

Lire aussi Etats-Unis : la création d’une commission spéciale sur l’assaut du 6 janvier approuvée

Les immeubles évacués

De nombreux véhicules des forces de l’ordre et des ambulances étaient positionnés à la mi-journée autour du périmètre du Capitole. Le FBI et la police de Washington étaient sur place avec la police du Capitole. Tous les immeubles aux alentours ont été évacués, selon la police, notamment la Cour suprême et le siège du parti républicain.

Les forces de l’ordre appelaient à éviter la zone autour de la bibliothèque du Congrès, qui se trouve face au Congrès, de l’autre côté d’une rue et d’un parc. Le métro de Washington a annoncé que ses trains évitaient l’arrêt du Capitole (Capitol South) « à cause d’une enquête de police ».

L’enceinte du Capitole est sous haute sécurité depuis l’assaut meurtrier mené le 6 janvier par des partisans de Donald Trump. Des centaines de manifestants pro-Trump avaient alors forcé l’entrée du Congrès pendant que les parlementaires étaient réunis à l’intérieur pour certifier la victoire du démocrate Joe Biden face au président républicain sortant.

Plus récemment, le 2 avril, un policier avait été tué et un autre blessé lorsqu’un jeune homme avait précipité sa voiture contre un barrage qui en protège l’entrée, avant d’être abattu.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Etats-Unis : l’émotion des policiers lors de la première journée de la commission d’enquête sur l’assaut du Capitole

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: