Campus Cyber : finalement, ça sera La Défense

Spread the love
  • Yum

Campus Cyber : finalement, ça sera La Défense

La cybersécurité française n’échappera donc pas aux joies de la ligne 1 bondée : le nouveau campus cyber, prévu pour ouvrir au mois de septembre 2021, s’installera à La Defense, dans l’immeuble Eria, selon les informations du Figaro.

Cet immeuble de 26 000 m2 était l’un des cinq lieux proposés par le dirigeant d’Orange Cyberdefense pour accueillir le nouveau campus. Emmanuel Macron a tranché en faveur de La Défense dans le courant de l’été, au détriment de Boulogne-Billancourt et de Saint-Ouen, selon l’AFP. Au total, ce site devra accueillir un peu moins de 1 000 personnes issues des différents participants au projet.

publicité

D’autres lieux en France

Un second lieu a également été annoncé, basé cette fois sur le plateau de Satory, près de Versailles. Cette seconde antenne devrait ouvrir dans un second temps, d’ici deux ou trois ans, selon l’AFP. Elle devrait permettre de travailler sur des projets nécessitant plus d’espace, contrairement au site de La Défense, qui se concentrera principalement sur des activités liées au tertiaire.

Le projet entend également essaimer en région : Michel Van Den Berghe a fait savoir qu’il espérait proposer aux régions des outils permettant le développement de campus similaires en dehors de Paris. Comme le rapporte l’Informaticien, le dirigeant indique que des projets de ce type sont envisagés dans la région des Hauts-de-France, ainsi que dans les Pays de la Loire.

Comme les autres, mais en mieux

Le projet de campus cyber a été annoncé initialement aux 10 ans de l’Anssi. Il vise à créer un « site vitrine » pour le secteur de la cybersécurité française.

On attendait depuis plusieurs mois la désignation d’un lieu pour accueillir les partenaires du projet, qui regroupent aussi bien des acteurs privés (Orange Cyberdefense, Thales et Atos) que des acteurs académique (Inria) ou public (Anssi). Au total, une soixantaine d’entreprises et d’organisations ont annoncé leur participation à ce campus.

Le projet s’inspire des exemples israéliens et russes, deux pays qui ont choisi de regrouper dans un même lieu leurs acteurs liés à la cybersécurité. Malgré tout, Michel Van Den Berghe affirme qu’il ne s’agira pas d’une simple redite des campus étrangers.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *