Braquage à Lyon : les malfaiteurs peuvent-ils utiliser les billets volés ? – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Un fourgon blindé a été attaqué à Lyon vendredi matin 28 août. Alors qu’ils sortaient de la Banque de France, des transporteurs de fonds de la société Loomis ont été attaqués par des assaillants armés. Montant estimé du butin : neuf millions d’euros. Selon les sources, ce butin en billets de banque est le plus important en France depuis 2009 et le vol d’un fourgon, déjà à Lyon, par le convoyeur Toni Musulin (11,6 millions volés, 9,1 millions retrouvés).

Dès lors, une question se pose : les malfaiteurs, qui ont agi en pleine ville, vont-ils pouvoir utiliser, en toute quiétude, les billets qu’ils ont volés ? Le sujet est sensible et les professionnels du secteur restent discrets.

À voir aussi – Lyon: un fourgon blindé braqué pour un butin de 9 millions d’euros

Un suivi très difficile

Il faut d’abord savoir que les billets de la Banque de France sont marqués par des numéros. Auparavant, comme nous l’explique Kader Bengueche (délégué CGT Loomis), la Banque de France remettait uniquement «dans le circuit» des billets neufs avec des numéros qui se suivaient. Mais désormais, il y a de plus en plus de billets recyclés.

Concrètement, lorsque les billets sortent de la Banque de France, des billets neufs et des «vieux» billets sont mélangés. «Avec le recyclage, il n’y a plus possibilité de suivre les billets. Les billets sont marqués par des numéros mais pas forcément des numéros qui se suivent. Ils sont mélangés», explique Kader Bengueche. «Il y a de moins en moins de billets neufs donc le suivi est compliqué», confirme l’UNSA Transport, qui ne souhaite pas en dire davantage.

Autre élément : il n’y a pas de balise GPS cachée dans les sacs de billets, détaille Kader Bengueche. Ces grands sacs transparents font 1 mètre sur 50 centimètres et contiennent des bottes de 1000 billets. Sans système GPS, les billets volés ne peuvent donc pas être «tracés».

Pas d’autodestruction à cette étape du vol

L’encre présente sur les billets volés à Lyon peut-elle s’effacer ? Non, car les malfaiteurs de Lyon ont agi au «bon moment». Après leur sortie de la Banque de France, les billets sont «retraités» puis transportés dans différentes banques via des valises «maculantes». «Si cette valise est volée, elle s’autodétruit par des jets d’encre», explique Kader Bengueche.

Ces valises «ont pour finalité de rendre impropres à leur destination les billets en cas d’ouverture forcée du dispositif puisque ces billets seront alors automatiquement maculés par une encre spécifique», indique un document de 2013 en ligne sur le site du ministère de l’Intérieur. Or, lorsque les malfaiteurs ont agi, à la sortie de la Banque de France, les billets n’étaient pas encore dans ces valises maculantes. Des complicités ne sont pas à exclure. Kader Bengueche a indiqué à l’AFP que les transporteurs suivent des «formations assez poussées pour s’extraire de guet-apens (…) Là, ce qui est particulier, c’est qu’ils aient ouvert la porte aux braqueurs».

Désormais, a priori, rien ne s’oppose donc à ce que les malfaiteurs utilisent les billets qu’ils ont volés. Reste à savoir comment ils écouleront leur butin. «Ce n’est pas parce que cet argent n’est pas tracé qu’il sera facile à écouler», déclarait Frédéric Ploquin, journaliste spécialisé dans le grand banditisme à France 3 en février 2019, après le vol d’un fourgon par un convoyeur de fonds en Seine-Saint-Denis. En général, les malfaiteurs tentent de trouver des circuits de blanchiment, comme le font les trafiquants de drogue.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *