Boris Johnson en soins intensifs : “On est vraiment face à une crise sans précédent en Grande-Bretagne”, ex… – Franceinfo

Spread the love
  • Yum

En l’absence du Premier ministre à la tête du gouvernement, “les autorités craignent que “les Britanniques, lors de la semaine de Pâques, croient que le confinement se termine” et donc “qu’ils vont vouloir sortir”, explique Philip Turle. 

Le journaliste britannique pour France 24 Philip Turle estime que la Grande-Bretagne “est vraiment face à une crise sans précédent” mardi 7 avril sur franceinfo, alors que le Premier ministre Boris Johnson, malade du Covid-19, est hospitalisé en soins intensifs à Londres.

>> Suivez en direct les dernières informations sur le coronavirus

Boris Johnson est hospitalisé en soins intensifs. Il ne peut plus assurer ses fonctions de Premier ministre. Est-ce une première ?

Je n’ai jamais connu une telle situation. On a eu des dirigeants qui sont morts en fonction mais la dernière fois c’était en 1865, donc ça remonte à très très loin. On est vraiment face à une crise sans précédent en Grande-Bretagne. (…) C’est le chef, celui qui gère le pays, et il est lui-même devenu un sujet d’actualité puisqu’il souffre du Covid-19. Donc ça plonge le pays dans une situation complètement inédite. (…) Tout le monde est pris de court par le fait que la situation de Boris Johnson s’est très vite dégradée hier et qu’il se trouve en soins intensifs.

C’est quelqu’un qui bouge beaucoup, qui est sur tous les fronts, un peu un personnage de bande dessinée, donc qu’il soit complètement absent alors que c’est toujours lui qui préside les réunions, c’est vrai que ça cause un grand vide en Grande-Bretagne. Philip Turle, journaliste britanniqueà franceinfo

Ça a non pas seulement choqué son propre parti, le Parti conservateur, mais aussi les autres partis politiques. D’ailleurs Boris Johnson avait appelé à une réunion la semaine prochaine avec tous les chefs de partis politiques pour trouver une solution ensemble de sortie de cette crise du Covid-19. Évidemment cette réunion maintenant est mise en question.

Boris Johnson et les autorités britanniques ont-elles refusé de voir la gravité de la crise qui arrivait ?

Au début, il y avait l’idée parmi les autorités britanniques qu’il fallait laisser le plus grand nombre de personnes être infectées par le Covid-19 pour créer une immunité collective. Mais les autorités sanitaires ont fait comprendre au gouvernement qu’on était face à une situation de presque 300 000 morts en Grande-Bretagne si on laissait la situation telle quelle et le gouvernement a fait volte-face.

Deuxième point, Boris Johnson étant hospitalisé aujourd’hui en état grave, s’est posée la question de savoir si Boris Johnson lui-même avait pris au sérieux le risque qui courait concernant le Covid-19.Philip Turle

Il disait qu’il serrait encore les mains des personnes. Il a continué à travailler même la semaine dernière en confinement, au 10 Downing Street, avec un agenda certes un peu allégé mais assez rempli. Il participait par Skype à toutes les réunions de personnel du gouvernement, de son cabinet ministériel. Il y a des gens qui disent qu’il est fatigué, il est en surpoids, il a 55 ans, il est sur tous les fronts et il est stressé, et c’est exactement ce qu’il ne faut pas être pour guérir de cette maladie. Donc c’est lui-même qui est un peu responsable de la situation aujourd’hui dans laquelle il se trouve.

Le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab prend le relai pour l’instant. Mais qui assurera l’intérim sur le long terme, si la situation se présente ?

Si jamais Boris Johnson ne pouvait plus revenir au pouvoir pour une raison ou pour une autre, il n’y aura pas d’élections anticipées en Grande-Bretagne parce que les conservateurs ont gagné les élections avec une large majorité au mois de décembre donc ce sont eux qui resteront au pouvoir. Il y aura une nouvelle élection pour le chef de parti qui deviendrait ensuite Premier ministre. Mais on n’en est pas encore là, donc pour l’instant c’est le premier secrétaire d’État, le ministre des Affaires étrangères Dominik Raab, qui prend la place de Boris Johnson comme député Premier ministre en quelque sorte mais il est à égalité avec les autres ministres. Donc au lieu que ce soit Boris Johnson qui décide, c’est une décision collective qui va être prise à partir d’aujourd’hui avec les ministres qui se réunissent pour décider ensemble du chemin à suivre. Dominik Raab est en train de siéger pour une réunion quotidienne sur le Covid-19 à la place de Boris Johnson. La grande question qui se pose en Grande-Bretagne, c’est qu’est-ce qui se passera la semaine prochaine quand il y aura une réunion prévue, qui aura lieu toutes les trois semaines pour décider si on prolonge le confinement ou pas ? Est-ce que cette réunion aura lieu ou pas, parce que normalement elle est présidée par Boris Johnson ? Si la réunion n’a pas lieu, les autorités commencent à craindre que les Britanniques, lors de la semaine de Pâques, croient que le confinement se termine donc qu’ils vont vouloir sortir. Donc c’est toute la question. Qu’est-ce qu’on fait ? Qui décide quoi ? Et pour le moment, ces questions n’ont pas de réponse.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *