Bitcoin peut-il prétendre à dépasser les 50 000 $ au premier semestre ?

Spread the love
  • Yum

Bitcoin est passé au-delà des 30 000 dollars, samedi matin, au lendemain du premier jour de l’année 2021. Un énième rebond dans la lignée du mois de décembre où le prix du Bitcoin augmentait de près de 50 %, pour établir un tout nouveau record, à plus de 34 500 $ au moment d’écrire ces lignes.

Bitcoin aura donc mis plus de 8 ans avant d’atteindre les 10 000 dollars, et seulement deux semaines pour passer de 20 000 à 30 000 dollars. Loin de peser aussi lourd que l’or, l’augmentation si brutale de sa capitalisation rappelle le parcours d’Apple, qui était passé de 1000 milliards à 2000 milliards de dollars de valorisation en deux ans.

« Sur la route des 50 000 dollars »

En mars dernier, alors que les bourses s’écroulaient en prenant conscience de ce qui attendait l’économie avec la crise sanitaire, la première crypto-monnaie au monde décrochait elle aussi de 25 %. Une période bien oubliée, alors que Bitcoin faisait partie des premiers actifs à se relever au mois d’avril.

Après avoir côtoyé à nouveau les 10 000 dollars en août et en septembre, son prix repartait à la hausse – en direction de son précédent record de décembre 2017. Mais la limite des plus de 19 000 dollars d’il y a trois ans ont laissé place à un nouveau record repoussé semaine après semaine depuis plus d’un mois.

Alors serions-nous à l’aube d’une correction ? Pour le cofondateur de la société Nexo, spécialisée dans la crypto-monnaie à Londres, la devise « sera probablement sur la route de 50 000 dollars au premier trimestre de 2021 », annonçait-il à Bloomberg.

Pour lui, le retour des fêtes marquera le retour des investisseurs institutionnels, avec de plus en plus de grandes entreprises comme de banques à acheter le jeton numérique si critiqué par le passé.

Vers une correction ? Un contexte différent à 2017

Pourtant, les perspectives d’une baisse soudaine de la valeur de l’actif ne sont pas écartées. Bitcoin l’a encore montré le 26 novembre, alors que son cours perdait 14 % suite à une brutale correction laissant quelques investisseurs dans l’embarras sur la plateforme Coinbase.

Après une journée de hausse comme celle de samedi (+ 9 %), la crypto-monnaie n’est pas à l’abri de revenir en quelques heures à des niveaux de septembre et octobre l’année dernière, dans un climat où les autorités gouvernementales se rendent compte du danger de Bitcoin pour leur souveraineté monétaire.

Sur le long terme maintenant, Goldman Sachs ou encore Guggenheim Investments n’y voyaient pas une raison suffisante pour s’empêcher de voir plus haut. La banque d’investissement pense à un prix jusqu’à 500 000 dollars quand la société de services financiers américaine parlait quant à elle de 400 000 dollars.

Loin d’évoluer dans un contexte semblable à celui de 2017, Bitcoin est maintenant connu de tous alors qu’il n’intéressait que les geeks et quelques enthousiastes initiés de la finance. En trois ans, il a commencé à s’affranchir du rêve impensable de ses origines, tout en ne se renfermant pas sur l’image d’une valeur refuge ou d’une bulle spéculative.

Ses jetons ont bien comme objectifs de devenir une vraie monnaie d’échange, et ses transactions instantanées et anonymes le poussent à se faire adopter dans le monde.

Plus important encore, Bitcoin aura marqué la stratégie de nombreuses entreprises en 2020, pariant sur son cours pour y investir. On pense forcément à MicroStrategy et ses 70 470 BTC, mais aussi à la fintech Square qui en avait acheté en octobre pour 50 millions de dollars. Elles sont de plus en plus nombreuses, y compris bientôt chez les banques, à détenir plusieurs millions de dollars.

Enfin, Bitcoin, aura vu gagné de nouvelles plateformes d’échange en 2020. PayPal est en tête de liste, mais il est certain maintenant que les banques se tourneront elles aussi vers des produits financiers à base de jetons numériques. Une nouvelle activité aux commissions très lucratives pour les établissements.

Leave a Reply

%d bloggers like this: