Beeehhh… Louer une chèvre, cette folle idée qui fait le buzz sur Zoom

Spread the love
  • Yum

La pandémie de coronavirus a entraîné une explosion de l’utilisation des services de visioconférence. À une époque où le télétravail est devenu la norme pour beaucoup d’entreprises, les services tels que Zoom sont devenus populaires aussi bien pour les réunions de travails, que pour les cours en ligne, ou même les discussions entre amis.

Et au Royaume-Uni, une ferme a profité de cette nouvelle tendance pour lancer un service de… location de chèvres. En effet, il semblerait que cela amuse beaucoup d’internautes d’inviter une chèvre durant les visioconférences. C’est l’histoire folle qui est racontée par la BBC dans un article publié cette semaine.

Au début, c’était une blague

Pourtant, lorsque la propriétaire de cette ferme de Rossendale dans le Lancashire, Dot McCarthy, a publié l’annonce sur son site web, elle n’était pas sérieuse. L’idée, qu’elle a eue en avril 2020, était juste de faire rire les gens.

Après avoir posté cette annonce, elle est allée se coucher. Et le lendemain, elle reçoit 200 emails de personnes intéressées par le service.

C’est ainsi que ce service de location de chèvres sur Zoom a commencé. Des gens paient 5 £, ce qui est à peu près l’équivalent de 5,67 €, pour que les chèvres de cette ferme apparaissent dans leurs réunions sur Zoom, juste pour le fun et pour surprendre les autres participants.

Plus de 50 000 euros de revenus, grâce aux chèvres sur Zoom

Et on peut dire que le service a cartonné. En effet, d’après la BBC, ces locations ont généré, à ce jour, 50 000 £, soit l’équivalent de 56 000 €. Certaines personnes donnent plus que 5 £ et par ailleurs, le service ne compte pas que des clients britanniques. Les chèvres de Dot McCarthy seraient également apparues dans les réunions virtuelles de personnes aux USA, en Russie, en Chine, ou encore en Australie.

La demande serait tellement élevée, que les employés de la ferme ont du mal à suivre. Mais en tout cas, les revenus apportés par ce service sur internet permettent à la ferme de joindre les deux bouts durant la crise du COVID-19. La ferme a toujours été ouverte et les employés ont pu continuer à travailler.

En effet, en plus de l’élevage, la ferme de Dot McCarthy génère également des revenus via des locations pour des mariages, ou via des visites. Or, cette partie de son activité a été impactée par la crise sanitaire.

La ferme fait également de la publicité pour cette nouvelle activité sur les réseaux sociaux. “Nous adorons partager nos chèvres avec des gens du monde entier – le rire hystérique est le même dans toutes les langues “POURQUOI Y A-T-IL UNE CHÈVRE?! Simone ici a déjà été en Inde, en Australie et en France ce matin”, lit-on par exemple dans cette publication.

Il resterait même de l’argent pour des investissements. La ferme compte en utiliser une partie afin de se passer aux énergies renouvelables.

Citée par la BBC, la propriétaire indique également que louer des chèvres pour des réunions sur Zoom est nettement plus drôle que de vendre du fumier pour assurer les fins de mois.

4.2 / 5

1,9 M avis

Leave a Reply

%d bloggers like this: