Banque : finirons-nous étouffés par les GAFA ?

Spread the love
  • Yum

Les banques traditionnelles doivent affronter de jeunes startups comme Revolut, Starlinkg Bank, Brex et N26 pour faire leur place dans la transition du numérique et du nouveau paysage fintech. Néanmoins, la plus forte concurrence vient peut-être des « bigtech » ces compagnies qui comprennent notamment les GAFA, rejoignant le marché du paiement et des banques pour avoir leur part du gâteau.

Cette semaine, l’Autorité de la concurrence des marchés français a fait part de sa crainte quant à la future consolidation du marché bancaire – et plus spécifiquement de celui du paiement. Dans une enquête sectorielle baptisée « Fintech », menée depuis le mois de janvier, le régulateur indépendant a donné son avis sur la question, et sur le « renforcement de pouvoir de marché » des GAFA.

Fintech Banques GAFA paiement

© Autorité de la concurrence / Rapport “Fintech” 2021

Marginalisation

L’organisme a rappelé plusieurs constats sur le marché de ces cinq dernières années, en distinguant les « bigtech » et les « fintech ». Les « bigtech bénéficient d’une puissance financière considérable, qui leur permet d’effectuer des investissements conséquents dans différentes nouvelles technologies facilitant le développement de solutions de paiement innovantes », listait le rapport.

Il évoquait également le nombre d’utilisateurs colossal de leurs activités « cœur de métier », les coûts marginaux plus faibles renforçant leur capacité à offrir des services « gratuitement » et l’accès à d’importants volumes de données issues des utilisateurs sur leurs informations non financières. Cet avantage « leur offre la capacité de mieux évaluer la santé financière de leurs utilisateurs et d’adapter leurs offres à leurs préférences ou besoins » lit-on dans le rapport. 

Google Pay

Google Pay, le service de paiement mobile de Google © Presse-citron.net

« Le modèle de la banque universelle, qui permet d’assurer certains services jugés ‘non rentables’ s’ils sont offerts isolément, comme le dépôt et l’encaissement des chèques et espèces, pourrait ainsi être remis en cause », a fait savoir l’autorité. Elle prévenait plus globalement du risque d’une marginalisation des acteurs bancaires traditionnels et de leur contrôle sur les nouvelles technologies qui pourraient en venir à pénaliser les autres acteurs, y compris les jeunes startups de la fintech.

Encourager la concurrence (mais protéger les utilisateurs)

Le constat de l’Autorité de la concurrence n’est pas si sombre pour autant. Pour elle, le cadre juridique et ses récentes évolutions ont également permis d’accompagner à juste mesure la concurrence sur le secteur. Principale référence : la Directive sur les services de paiement numéro 2 (DSP 2), entrée pleinement en vigueur en septembre 2019.

Grâce à elle, un système bancaire « ouvert » (plus connu sous le nom d’« open banking »), où la data bancaire s’est retrouvée plus encadrée mais aussi plus libre de circuler entre les différents acteurs pour ne pas mettre de barrière aux jeunes startups. Ce fut un tournant pour les prestataires de services de paiement (PSP) et pour l’émergence de services interbancaires. Les agrégateurs de comptes en sont le parfait exemple.

Sur le point de vue de la sécurité, les clients n’ont pas été épargnés. La Directive DSP 2 a tourné les acteurs bancaires vers des méthodes d’authentification forte dans un contexte de cybersécurité de plus en plus compromise. Pour les PSP sans carte de crédit physique, qui échappaient encore à la lourde surveillance des acteurs traditionnels, une homogénéisation indispensable (bien qu’entaché par le scandale Wirecard).

Néanmoins, les intérêts d’une plus forte concurrence et d’une sécurité pour les utilisateurs ne peuvent pas toujours être défendus de pair. L’ACPR, l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution, a récemment pénalisé les jeunes établissements de paiement en leur demandant d’arrêter de se présenter comme des « néo-banques ». Pour protéger les utilisateurs et faire en sorte de distinguer les acteurs avec une licence d’établissement de crédit de ceux qui se contentent d’une licence de paiement, le régulateur a sévi. Au risque de les décrédibiliser.

Leave a Reply

%d bloggers like this: