Avec son plan d’attaque, Joe Biden offre un parfait contraste avec les cent jours de Donald Trump – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le président américain, Joe Biden, s’adresse au Congrès le 28 avril, entouré de Kamala Harris et Nancy Pelosi.

Lorsqu’il s’est avancé à la tribune pour prononcer son premier discours de président des Etats-Unis devant le Congrès, mercredi 28 avril, Joe Biden a pu saluer également, pour la première fois de l’histoire du pays, deux femmes installées en surplomb de son pupitre. Il a aussitôt reconnu l’importance de l’événement, lançant : « Il était temps ! » La vice-présidente Kamala Harris, par ailleurs présidente du Sénat, avait en effet pris place au côté de la speaker (présidente) de la Chambre, Nancy Pelosi.

Après la composition d’un gouvernement « à l’image des Etats-Unis », du fait d’une diversité également historique, cette image a constitué une première traduction puissante de la volonté de rupture exprimée au cours des premières semaines de la présidence du démocrate. « Après cent jours, je peux le dire au pays : l’Amérique va de nouveau de l’avant », a assuré Joe Biden d’un ton décidé et souvent résolument optimiste, conservé pendant plus d’une heure. Son discours, prononcé devant un public restreint pour cause de pandémie, a confirmé cette volonté en affichant comme priorité la lutte contre les inégalités par le biais d’investissements massifs pilotés par un Etat fédéral conçu comme stratège, appuyé sur une hausse des impôts des entreprises et des plus riches.

Lire aussi « L’Amérique va à nouveau de l’avant » : devant le Congrès, Joe Biden affiche sa volonté réformatrice

« Le plus grand succès logistique de l’histoire du pays »

Alors que l’épidémie de Covid-19 avait constitué pour son prédécesseur, Donald Trump, un obstacle contre lequel il n’avait cessé de se heurter, au point qu’il lui a coûté, en partie, sa réélection en novembre, Joe Biden s’est efforcé au contraire d’en faire le marqueur d’une présidence placée sous le double sceau de l’expertise scientifique et de l’efficacité de l’Etat. Il a ainsi voulu voir dans cette « crise » une « opportunité » et vanté « le plus grand succès logistique de l’histoire du pays » qu’a constitué, selon lui, la campagne de vaccination.

Elle explique en grande partie la réussite de son début de mandat, marqué par un taux d’approbation jamais atteint en quatre ans par Donald Trump. Entré en campagne en 2019 en promettant la restauration d’un ordre politique bouleversé par son prédécesseur, Joe Biden s’est mué en réformateur ambitieux sous la pression des crises sanitaire, économique et sociale. Rappelés devant les élus, l’épidémie, ses contrecoups économiques et les mouvements de protestation qui ont accompagné la mort tragique de George Floyd sous le genou d’un policier blanc à Minneapolis, en mai 2020, constituent le soubassement de projets d’investissements massifs dont le second volet, exposé mercredi – après un premier consacré aux infrastructures dans une acception très large –, vise l’éducation et la santé.

Il vous reste 67.72% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: