Vous ne le savez peut-être pas, mais vous risquez peut être une contravention pour « circulation d’un véhicule à moteur avec une plaque d’immatriculation non conforme ». C’est la mésaventure vécue par un couple de militaires originaires de Toulon et verbalisé pour ce motif à Versailles, raconte Var Matin. En clair, on leur reproche d’avoir customisé la plaque d’immatriculation de leur véhicule avec un simple autocollant, une pratique très répandue.

Ils ont écopé d’une amende minorée de 90 euros. Mais en voyant leurs recours contestant la méthode de verbalisation de la police rejeté, le couple devra comparaître devant un tribunal, où il risque une amende maximale de 750 euros.

Certes, le ministère de l’Intérieur indique sur son site que « la plaque d’immatriculation doit être réalisée par un professionnel et doit être conforme à un modèle homologué ». Dans le cas contraire « vous pouvez être sanctionné d’une amende de 750 euros ». Mais d’ordinaire dans ce genre de cas, la tolérance est normalement de mise. Les revendeurs qui proposent ce genre de customisation s’exposent également à des poursuites, prévoit le Code de la route.