Au Royaume-Uni, une mutation du coronavirus vient conclure une année catastrophe – Le Monde

Spread the love
  • Yum
A la gare de Waterloo, à Londres, le 20 décembre.

La manchette du Sunday Times, dimanche 20 décembre, au Royaume-Uni, semblait sortir d’un film apocalyptique : « Noël est annulé par un virus mutant qui progresse à toute vitesse ». La veille, face à une mutation du SARS-CoV-2 qui rend le virus beaucoup plus contagieux, le premier ministre Boris Johnson a dû annoncer l’imposition d’un « niveau 4 » de restriction, c’est-à-dire un retour urgent du confinement dès dimanche et l’interdiction des réunions familiales à Noël dans trois régions : Londres, le Sud-Est et l’Est de l’Angleterre. Une vingtaine de millions de personnes sont concernées. Un confinement a aussi été imposé au Pays-de-Galles dès dimanche, et le sera en Irlande du Nord à partir du 26 décembre.

La variante du virus, apparue en septembre et intitulée VUI-202012/01, ne provoque pas de symptômes plus inquiétants que sa version précédente. En revanche, « elle est jusqu’à 70 % plus transmissible », expliquait le premier ministre britannique Boris Johnson, visage sombre, lors de sa conférence de presse samedi. Très rapidement, elle est en train de devenir la forme dominante de la maladie outre-Manche. A Londres, elle représentait 28 % des cas à la mi-novembre et 62 % la semaine du 7 décembre.

« Le 3 décembre [à la sortie du précédent confinement], nous ne comprenions pas pourquoi les mêmes mesures de restriction que celles qui étaient imposées ailleurs n’avaient pas le même effet dans le Kent [sud-est de l’Angleterre], explique M. Johnson. Ce n’est que [vendredi], lorsque nous avons vu les données sur la contagion que nous avons compris. »

« Hors de contrôle »

Cette vitesse de propagation change profondément l’évolution de l’épidémie. Le nombre de nouvelles hospitalisations quotidiennes dans les trois régions de « niveau 4 » est passé de 400 à 700 en trois semaines. Dimanche 20 décembre, les autorités britanniques ont enregistré 36 000 nouveaux cas positifs, un record, portant la hausse sur les sept derniers jours à 50 % par rapport à la semaine précédente. La nouvelle souche est « hors de contrôle », avertit Matt Hancock, le ministre de la santé.

Contenir le virus nécessite donc des mesures de restriction beaucoup plus fortes, explique-t-il : « La seule façon de le contrôler est de réduire les contacts. Dans les zones de niveau 4, il faut que tout le monde agisse comme s’il avait le virus. » Le gouvernement britannique a ordonné pour ces régions la fermeture des magasins « non essentiels », en plus des bars et restaurants qui l’étaient déjà au niveau 3. Il est interdit de recevoir chez soi, y compris pour Noël, alors que les règles prévoyaient jusqu’à présent que trois foyers pourraient se mélanger ce jour-là. Il reste autorisé de sortir de chez soi et de rencontrer à l’extérieur une personne qui ne fait pas partie de son foyer.

Il vous reste 59.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: