Au port de Beyrouth, un important incendie en cours dans un entrepôt – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Vue du site où s’est déclaré l’incendie dans la zone portuaire de Beyrouth, le 10 septembre.

Un important incendie s’est déclaré, jeudi 10 septembre, dans un entrepôt du port de Beyrouth, semant la panique parmi des Beyrouthins encore sous le choc de l’explosion meurtrière et dévastatrice qui a traumatisé la capitale libanaise il y a cinq semaines.

Près de cinq heures après l’intervention de la défense civile et d’hélicoptères de l’armée pour combattre les flammes, le feu brûlait toujours en fin d’après-midi après s’être propagé vers un deuxième hangar.

Selon des « informations préliminaires », des « réparations » étaient menées sur le site avec une scie électrique, dont les « étincelles » ont entraîné « le déclenchement d’un incendie », a annoncé dans un communiqué le ministre des transports et des travaux publics, Michel Najjar.

Justifiant la durée des opérations, le chef de la défense civile, Raymond Khattar, a expliqué que des « matériaux inflammables comme le caoutchouc et les huiles » nécessitaient « du temps pour être éteints complètement ».

L’incendie a touché un entrepôt où sont stockés de l’huile pour moteur et des roues de voiture, a déclaré l’armée libanaise dans un communiqué, appelant les habitants à quitter les quartiers environnants. D’épaisses colonnes de fumée noire sont visibles de plusieurs quartiers de la ville, comme le montre une vidéo postée sur Twitter par le quotidien libanais L’Orient-Le Jour.

Le feu a pris dans la zone franche du port, où étaient stockés des pneus et des huiles alimentaires par une compagnie importatrice, a précisé de son côté le directeur par intérim du port, Bassem Al-Kaissi, à une chaîne de télévision locale. L’incendie « a commencé avec les bidons d’huile avant de se propager aux pneus », a-t-il ajouté. « C’est soit à cause de la chaleur soit d’une erreur, il est encore trop tôt pour le savoir », a encore affirmé M. Al-Kaissi.

Clotilde Bigot est journaliste à Beyrouth.

Il s’agit du deuxième incendie en quelques jours dans le port. Mercredi, des monticules de déchets, de bois et de pneus avaient déjà pris feu. Craignant un scénario catastrophe, les employés du port et les habitants des quartiers environnants ont déserté les lieux jeudi. Sur les réseaux sociaux, des internautes ont vu dans l’incendie de jeudi une nouvelle preuve de l’incurie de la classe politique, accusée de corruption et d’incompétence, contestée par la rue et déjà jugée responsable du drame du 4 août.

Le parquet a ordonné l’ouverture d’une enquête. Le président, Michel Aoun, a convoqué une réunion du conseil supérieur de défense en début de soirée.

La double explosion du 4 août a tué plus de 190 personnes et fait plus de 6 500 blessés, dévastant des quartiers entiers de la capitale. Un juge d’instruction libanais, Fadi Sawan, a été chargé de l’enquête par les autorités libanaises, qui n’ont en revanche pas donné suite aux appels en faveur d’une procédure internationale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Liban : un mois après l’explosion au port de Beyrouth, l’enquête pointe la négligence des autorités

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *