Attentat de l’Hyper Cacher : «J’attendais la détonation, la douleur» – Libération

Spread the love
  • Yum

Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage

Procès

Abonnés

Zarie Sibony à Paris, vendredi.
Zarie Sibony à Paris, vendredi. Photo Cyril ZannettaccI. VU

Zarie Sibony était caissière à la supérette attaquée par Amedy Coulibaly le 9 janvier 2015. Mardi, elle doit témoigner au tribunal des quatre longues heures passées aux mains du terroriste.

«C’était une journée comme les autres. J’étais arrivée à 8 heures du matin. Tout se passait normalement.» Sa voix posée capte l’attention. Zarie Sibony a aussi un regard intense qui ne s’oublie pas et de longs cheveux bruns qui lui tombent sur les épaules. L’ancienne caissière de l’Hyper Cacher sera l’une des rares victimes de la prise d’otages à venir témoigner, cette semaine, au procès des attentats de janvier 2015.

à lire aussi Procès des attentats de janvier 2015 : «J’ai senti la poudre, les éclats de balle à côté de mon visage»

Un peu après 13 heures, ce vendredi 9 janvier, Amedy Coulibaly a surgi dans la supérette de la Porte de Vincennes à Paris. Les clients faisaient leurs dernières courses avant le début du shabbat. Zarie Sibony tenait sa caisse. Après une licence, la jeune femme avait décidé de prendre une pause, de gagner un peu d’argent, avant de trouver ce job à l’Hyper Cacher. De l’équipe, elle dit qu’ils «s’entendaient bien», qu’ils étaient «très soudés». Elle devait ach

Libération réserve cet article à ses abonnés
Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous

devices-picture

1€
le 1er mois

Soutenez notre indépendance

  • Tous nos articles en illimité
  • Le journal en version numérique le jour de sa parution
  • Nos newsletters exclusives
  • CheckNews, notre service de fact checking


Bernadette Sauvaget (Photo Cyril ZannettaccI. VU)

pas le temps de lire ?

Recevez un débrief de la journée et un briefing tous les matins.

Un mot à ajouter ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *