Ces personnes ont notamment été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et ont été placées en détention provisoire.

Trois des cinq personnes interpellées mardi 29 janvier dans le cadre de l’enquête sur l’attentat de Strasbourg, en décembre, ont été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, détention et cession d’arme de catégorie B en réunion et en relation avec une entreprise terroriste, a appris franceinfo vendredi 1er février de source judiciaire. Elles ont été placées en détention provisoire.

Ces personnes sont soupçonnées d’avoir aidé l’auteur de l’attentat, Cherif Chekatt, à se procurer le revolver 8mm avec lequel il a tiré sur les passants, sur le marché de Noël, le 11 décembre. Il avait tué cinq personnes et en avait blessé onze autres. Chérif Chekatt a été tué par la police après 48 heures de recherches.

Les deux autres personnes interpellées mardi ont été remises en liberté sans qu’aucune charge ne soit retenue contre elles.