AstraZeneca : Véran assure que seules «deux personnes sur un million» peuvent avoir «un effet indésirable» – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Alors qu’un soupçon existe sur le lien entre des thromboses et ce vaccin, 71% des Français disent ne plus avoir confiance. L’exécutif tente de les rassurer.

L’exercice de pédagogie se poursuit. Alors qu’un soupçon existe sur le lien entre certains cas de thromboses et le vaccin AstraZeneca, la méfiance grandit. Selon une enquête Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro , 71% des Français ne font d’ailleurs pas confiance à ce produit anglo-suédois. L’exécutif compte pourtant sur ce vaccin, aujourd’hui réservé aux plus de 55 ans, pour parvenir à l’objectif fixé par Emmanuel Macron : permettre à tous les Français de plus de 18 ans d’être vaccinés d’ici la fin de l’été.

Sur RTL vendredi matin, Olivier Véran a ainsi voulu rappeler que «la balance bénéfices-risques» autour de ce vaccin était «très, très favorable». «Considérez que vous avez 0,2 personne sur 100.000, c’est-à-dire deux personnes sur un million, qui peuvent présenter un effet indésirable potentiellement grave», a assuré le ministre de la Santé. Il a par ailleurs souligné qu’en revanche, «l’équivalent de 1000 personnes peuvent, sur cette tranche d’âge, présenter des formes graves du Covid». Avant de poursuivre : «Vous avez statistiquement un risque bien plus élevé, mais vraiment, vraiment plus élevé, de faire des complications de Covid que d’avoir des effets indésirables».

Olivier Véran assume par ailleurs la décision d’avoir suspendu pendant quatre jours le recours à ce vaccin au cours du mois de mars. «J’en fais un atout, l’atout de la transparence, de la sécurité avant tout», a jugé le ministre de la Santé. Il a par ailleurs approuvé la recommandation de la Haute autorité de santé qui doit prôner vendredi matin une deuxième dose différente pour les Français de moins de 55 ans qui ont reçu une première injection d’AstraZeneca. «C’est totalement logique. Il est tout à fait cohérent de dire qu’on ne recommande pas le vaccin aux moins de 55 ans, et donc si vous avez reçu une première injection, on va vous proposer un autre vaccin», a-t-il souligné. Olivier Véran a indiqué que cette situation concernait «près de 600.000» personnes en France. «Je fais partie de cette population», a-t-il précisé.


À VOIR AUSSI – Causes, symptômes, risques… Qu’est-ce qu’une thrombose?

Leave a Reply

%d bloggers like this: