Assassinat de Samuel Paty : trois nouvelles personnes arrêtées – Le Monde

Spread the love
  • Yum
La photo de Samuel Paty, affichée sur la façade de la mairie de Conflans-Sainte-Honorine, le 3 novembre 20020.

Deux jeunes hommes et une jeune femme doivent être présentés vendredi 6 novembre à la justice en vue d’une mise en examen dans l’enquête sur l’assassinat de Samuel Paty, le professeur assassiné pour avoir montré des caricatures de Mahomet, selon des sources proches du dossier et judiciaire.

Les deux hommes, âgés de 18 ans, et la femme, âgée de 17 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue mardi matin à la demande des juges d’instruction, qui envisagent de les mettre en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », selon ces sources, précisant une information du Parisien. Au moins l’un d’eux est soupçonné d’avoir échangé des messages avec le terroriste. Un des suspects a été interpellé en Haute-Saône et un autre en Haute-Marne, selon une source proche du dossier.

Samuel Paty, enseignant de 47 ans, a été décapité à la sortie de son collège de Conflans par Abdoullakh Anzorov, un réfugié d’origine russe tchétchène de 18 ans, pour avoir montré des caricatures de Mahomet lors de deux cours début octobre sur la liberté d’expression. Anzorov, radicalisé depuis plusieurs mois selon sa famille, mais inconnu des services de renseignement, a été abattu par les policiers qu’il attaquait après son crime.

Sept personnes ont déjà été mises en examen dans cette enquête, le 21 octobre, dont six pour « complicité d’assassinat terroriste ». Parmi eux, deux collégiens de 14 et 15 ans, accusés d’avoir désigné contre rémunération l’enseignant à l’assaillant. Ils ont été laissés libres sous contrôle judiciaire. Brahim Chnina, le parent d’élèves à l’origine d’une campagne de dénigrement de Samuel Paty, et le militant islamiste qui l’avait soutenu, Abdelhakim Sefrioui, sont également poursuivis pour « complicité ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Attentat de Conflans : les dernières révélations de l’enquête

« Réinterprétation des faits »

Placés en détention provisoire, ils sont accusés d’avoir « nommément désigné comme une cible sur les réseaux sociaux le professeur d’histoire-géographie » au moyen « d’une manœuvre et d’une réinterprétation des faits », selon le procureur antiterroriste Jean-François Ricard.

Le jeune terroriste avait contacté M. Chnina, qui assure n’avoir eu aucune idée de son projet, à la suite des vidéos publiées par ce père de famille qui accusait le professeur de « discrimination » envers les collégiens musulmans, dont sa fille.

Deux amis de l’assaillant, Naïm B. et Azim E., ont également été placés en détention provisoire, soupçonnés de complicité pour avoir accompagné Anzorov acheter un couteau, puis pour le second de l’avoir convoyé de sa ville d’Evreux vers l’Ile-de-France. Une troisième relation du terroriste, Yussuf C., est poursuivi pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et également incarcéré.

L’enquête explore également la piste de liens entre le tueur et au moins un djihadiste russophone en Syrie. Anzorov avait envoyé le 16 octobre sur les réseaux sociaux, un message audio en russe hésitant après avoir posté la photo du professeur d’histoire décapité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Attentat de Conflans : comment le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux, avant Samuel Paty

« 400 violations » de la minute de silence lors de l’hommage à Samuel Paty

Par ailleurs, l’éducation nationale a recensé « 400 violations » lors de la minute de silence organisée lundi en hommage au professeur assassiné Samuel Paty, a annoncé vendredi le ministre, Jean-Michel Blanquer, en affirmant que chaque incident faisait l’objet de « poursuites ».

« Il y a eu environ 400 violations de la minute de silence, dans des formes parfois légères, parfois lourdes », a-t-il expliqué sur RTL. « Bien entendu, chacune de ces violations est suivie de poursuites disciplinaires. Parfois même, il y a eu des poursuites pénales dans certains cas. » Ces cas les plus graves, où des poursuites pénales sont engagées, s’élèvent à « une dizaine environ », a détaillé le ministre, et peuvent relever de « l’apologie du terrorisme ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Hommage à Samuel Paty : une rentrée à la tonalité particulière pour les élèves

« Aucun incident ne reste sans suite », a-t-il assuré, sans pour autant privilégier l’exclusion des élèves. « L’exclusion, c’est jamais une grande réussite en soi ; ce qui est plutôt intéressant, c’est de parler avec les familles, de comprendre ce qui se passe, et d’aller voir plus loin avec les administrations sociales, et la police et la justice quand il y a lieu », a déclaré M. Blanquer.

« Dans l’affaire Paty », où l’enseignant avait été pris pour cible par un parent d’élèves sur les réseaux sociaux, « on voit bien que c’est le milieu familial qui a été terrible », a-t-il rappelé. « Donc, il faut tirer les leçons et être très attentif à là où en sont en sont nos élèves en termes de mauvaises influences qui s’exercent sur eux. » Le ministre a également redit que l’enseignement de l’éducation morale et civique doit être prochainement renforcé, « pour que les enjeux de la liberté d’expression soient bien explicités. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Les hussards de la laïcité ne doivent plus être livrés à eux-mêmes et envoyés au casse-pipe »

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: