Jeudi 14 mars, Spotify portait plainte contre Apple auprès de la Commission Européenne. Le géant du streaming suédois accusait alors la firme de Cupertino de désavantager son service vis-à-vis d’Apple Music, en jouant à la fois le rôle d’arbitre et de joueur. En ce 15 mars, Apple vient de répondre à Spotify, marquant le début d’un bras de fer entre les deux géants de la musique en Europe.

Apple revient à la charge

Dans un communiqué de presse, Apple revient point par point sur toutes les accusations de Spotify dans sa plainte à la Commission Européenne. En ce qui concerne la taxe de 30% prise par Apple sur le prix des abonnements, la firme de Cupertino rappelle que ladite taxe tombe à 15% l’année suivante.

Quant aux accusations de Spotify concernant le fait qu’Apple lui mettrait des bâtons dans les roues en ne rendant pas disponible le service de musique en streaming sur ses appareils via Siri et AirPlay 2, le constructeur californien affirme que ses équipes y travaillent en ce moment même. Par ailleurs, la firme américaine se dit « surprise » de cette accusation, alors que Spotify est l’application qui a été le plus téléchargée sur l’Apple Watch.

Apple charge le service de musique en streaming en affirmant que « Spotify veut tous les avantages d’une application gratuite sans pour autant être gratuite ». Par ailleurs, Apple se défend en affirmant être l’ « ami des compositeurs », puisque l’entreprise ne s’est pas opposée à l’augmentation des redevances versées aux artistes de 44% sur cinq ans demandée par la Copyright Royalty Board, et à laquelle Spotify s’est fermement opposée.