Apple publie une étude pour justifier le modèle commercial de l’App Store

Spread the love
  • Yum

Apple publie une étude pour justifier le modèle commercial de l'App Store

Apple a publié une nouvelle étude démontrant que les commissions venant de son App Store s’alignent avec celles des autres stores d’applications, et des marketplaces de contenu numérique.

Ce rapport permettant à l’entreprise de dresser un tableau comparatif de ses pratiques en termes de store d’applications, par rapport à ses concurrents, intervient une semaine avant une audition de la US House Judiciary Antitrust Subcommitee, où le PDG d’Apple, Tim Cook, sera interrogé sur les pratiques de l’entreprise et une potentielle concurrence déloyale.

Lors de cette audition, les responsables d’Amazon, de Facebook et d’Alphabet seront également interrogés au même titre.

publicité

Des commissions similaires chez les différents concurrents

L’étude, menée par Analysis Group, compare le taux de commission de l’App Store d’Apple avec celui de ses principaux concurrents – Google Play Store, Amazon App Store, Samsung Galaxy Store ou encore Microsoft Store – ainsi que d’autres plateformes numériques exploitées par des sociétés comme Airbnb, Uber et Epic Games.

Selon l’étude, Apple prélève une commission de 30 % pour chaque achat d’application ou de contenu numérique, service ou abonnement in-app, ce qui laisse aux développeurs 70 % de marge sur la ventes. Pour les abonnements, la commission est de 30 % la première année, puis descend à 15 % les années suivantes.

Les autres grands magasins d’applications, comme le Google Play Store, l’Amazon App Store, le Samsung Galaxy Store et le Microsoft Store, ont également un taux de commission de 30 % pour les téléchargements d’applications et les achats in-app, mais chacun a ses propres exceptions. Par exemple, le taux de commission de Google Play pour les abonnements est de 15 % après 12 mois, celui d’Amazon est de 20 % pour les abonnements de streaming vidéo, et le Galaxy Store applique un taux de commission standard de 30 %, mais ce taux pourrait être négociable.

L’étude ajoute que pour les stores d’application qui n’existent plus aujourd’hui – BlackBerry World, Windows Phone Store, Nokia Store – les taux de commission étaient plus ou moins similaires, soit environ 30 %.

Justification des taux

L’étude justifie ces commissions par le rôle des plateformes numériques, qui permettent et facilitent les transactions, et investissent dans des solutions qui prennent en charge le téléchargement d’applications et les achats intégrés.

« Les commissions, basées sur les transactions, sont un moyen de baisser les barrières à l’entrée pour les petites structures et les petits développeurs, en permettant de minimiser le coût initial, tout en renforçant l’incitation de la plateforme à promouvoir des combinaisons qui génèrent de la valeur à long terme », conclut l’étude.

Il est cependant précisé qu’Epic Games, qui produit notamment Fortnite, ne facture que 12 %. Tim Sweeney, son PDG, avait d’ailleurs tweeté qu’il était opposé au modèle de tarification de l’App Store d’Apple.

Respect des règles de concurrence

Le rapport ajoute qu’Apple impose des directives pour les achats intégrés qui empêchent les utilisateurs et les développeurs de contourner les services et charges de l’App Store. Par exemple, il est interdit de dissuader explicitement des utilisateurs d’effectuer des achats dans une application en les dirigeant vers des liens externes.

A ce propos, Apple fait l’objet d’une enquête antitrust du ministère américain de la Justice depuis le mois de juin dernier, alors que ce dernier se penchait sur le paysage concurrentiel de l’industrie technologique américaine.

Le mois dernier, l’Union européenne a également ouvert une enquête antitrust afin de déterminer si les règles d’Apple concernant les développeurs qui distribuent leurs applications via l’App Store violent les règles de concurrence de l’UE.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *