Apple étend son programme de réparateur tiers à l’échelle mondiale

Spread the love
  • Yum

Apple étend son programme de réparateur tiers à l'échelle mondiale

Apple a annoncé que son programme de réparations par les entreprises indépendantes sera bientôt étendu à plus de 200 pays, c’est-à-dire à presque tous les pays où des produits Apple sont vendus. Dans le cadre de ce programme, tous les réparateurs indépendants participants auront accès à une formation gratuite dispensée par Apple, ainsi qu’aux mêmes pièces, outils, manuels de réparation et diagnostics d’origine Apple pour les réparations hors garantie des produits Apple, au même prix que les prestataires de services agréés Apple (AASP) et les magasins Apple.

Bien que l’adhésion au programme soit gratuite, Apple a déclaré que pour être admissibles, les fournisseurs de services de réparation “doivent s’engager à faire appel à un technicien certifié par Apple pour effectuer les réparations”.

Le programme a été lancé initialement en 2019 aux États-Unis avant d’être étendu à l’Europe et au Canada l’année dernière. Il existe désormais plus de 1 500 sites de fournisseurs de réparation indépendants à travers ces trois pays, selon Apple.

publicité

Droit à la réparation qui change tout

Le programme sera étendu aux pays et régions suivants : Afghanistan, Australie, Bangladesh, Bhoutan, Brésil, Brunei, Cambodge, Corée, Émirats arabes unis, Îles Cook, Fidji, Guam, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Laos, Macao, Malaisie, Maldives, Mongolie, Myanmar, Népal, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Philippines, Russie, Arabie saoudite, Singapour, Afrique du Sud, Sri Lanka, Taïwan, Thaïlande, Tonga, Turquie, Vanuatu et Vietnam.

Le programme sera ensuite lancé plus tard cette année dans ces pays et régions : Albanie, Algérie, Angola, Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Argentine, Arménie, Aruba, Azerbaïdjan, Bahamas, Bahreïn, Barbade, Biélorussie, Belize, Bénin, Bermudes, Bolivie, Bosnie-Herzégovine, Botswana, îles Vierges britanniques, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, îles Caïmans, République centrafricaine, Tchad, Chili, Chine, Colombie, Comores, Costa Rica, Curaçao, République démocratique du Congo et République du Congo, Djibouti, Dominique, République dominicaine, Equateur, Egypte, Salvador, Guinée équatoriale, Erythrée, Ethiopie, Gabon, Gambie, Géorgie, Ghana, Gibraltar, Grenade, Guatemala, Guinée-Bissau, République de Guinée, Guyana, Haïti, Honduras, Irak, Israël, Côte d’Ivoire, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Koweït, Kirghizstan, Liban, Liberia, Libye, Madagascar, Mali, Mauritanie, Maurice, Mayotte, Mexique, Moldavie, Monténégro, Montserrat, Maroc, Mozambique, Namibie, Antilles néerlandaises, Nicaragua, Niger, Nigeria, Macédoine du Nord, Oman, Palestine, Panama, Paraguay, Pérou, Porto Rico, Rwanda, Sénégal, Serbie, Seychelles, Sierra Leone, Saint Martin, Somalie, Sud Soudan, Îles Vierges espagnoles, St. Barthelemy, St. Kitts and Nevis, St. Lucie, St. Martin, St. Pierre et Miquelon, St. Vincent et les Grenadines, Surinam, Tajikistan, Tanzanie, Togo, Trinidad et Tobago, Tunisie, Turkmenistan, Turks and Caicos Islands, Uganda, Ukraine, Uruguay, US Virgin Islands, Uzbekistan, Venezuela, Wallis, Futuna, Zambie, et Zimbabwe.

Le géant de Cupertino a été critiqué par le passé pour avoir verrouillé l’activité des réparateurs indépendants et ne permettre que les réparations effectuées par les AASP.

Au début du mois, de nouvelles règles ont été introduites pour permettre à certains appareils électriques vendus en Europe d’être réparables pendant 10 ans. Il s’agit de tous les nouveaux lave-linge, sèche-cheveux, réfrigérateurs et écrans, y compris les téléviseurs. Les pays européens font ainsi un pas de plus vers l’introduction d’un “droit de réparation” universel pour les biens de consommation électroniques, ce qui contribuerait à réduire les déchets électroniques et encouragerait les fabricants à faire de la durabilité et de la réparabilité un élément clé de la conception des produits. La prochaine étape de la proposition de législation sur le droit à la réparation – qui a été votée par le Parlement européen en novembre dernier – vise à étendre des exigences similaires aux smartphones, aux ordinateurs portables et à d’autres appareils électroniques grand public, qui représentent actuellement une part importante des déchets électroniques en Europe.

Source : “ZDNet.com”

Leave a Reply

%d bloggers like this: