A la surprise générale, Apple et Qualcomm sont parvenus à enterrer la hache de guerre alors que le procès les opposant commençait aux Etats-Unis. Selon le communiqué diffusé, le règlement amiable, qui met fin à toutes les poursuites en cours, comporte le versement d’une somme par Apple à Qualcomm, un contrat de licence de six ans valable à partir du 1er avril 2019 avec une option d’extension de deux ans ainsi qu’un contrat pluriannuel pour la fourniture de puces électroniques. Aucun détails financier ou technique n’ont été rendus publics. Le bras de fer entre les deux entreprises a débuté en janvier 2017 lorsqu’Apple a attaqué Qualcomm en justice en dénonçant un “modèle de licence abusif” imposant des redevances excessives. Qualcomm a de son côté saisi l’International Trade Commission lui demandant d’interdire l’importation de certains iPhone et autres produits aux États-Unis. L’année dernière, le fondeur avait obtenu une interdiction de vente de plusieurs modèles d’iPhone en Allemagne et en Chine. L’annonce de cet accord amiable a été salué par les marchés, le titre Qualcomm bondissant de plus de 23% dans les échanges après clôture.

Au même moment, Intel a annoncé qu’il renonçait à développer des puces modems 5G alors qu’il s’était positionné comme fournisseur pour Apple. Récemment, Intel avant indiqué que ses puces ne seraient pas sur le marché avant 2020. “Nous sommes très enthousiasmés par l’opportunité de la 5G et la “cloudification” du réseau, mais dans le domaine des modems pour smartphones, il est devenu évident qu’il n’y a pas de voie claire vers la rentabilité et des rendements positifs”, a déclaré le Pdg d’Intel Bob Swan. Il est désormais très probable que les prochains iPhone soient équipés de puces modems 5G Qualcomm. (Eureka Presse)