Anne Hidalgo s’engage un peu plus devant les socialistes – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

La maire de Paris a pris la parole ce vendredi soir à l’issue de la première journée de l’université d’été des socialistes.

À Blois

Vendredi soir devant le château de Blois, à l’issue de la première journée de l’université d’été des socialistes, Anne Hidalgo a pris la parole pour ce qui ressemblait de près à une déclaration de candidature à la présidentielle. Sans pour autant en être une encore, formellement. «Elle nous a présenté sa disponibilité», a commenté à l’issue un des quelques centaines de militants présents.

«Le travail de fondation, leur a-t-elle dit, c’est ce qu’on est en train de faire, encore aujourd’hui. Il va donner des arguments, des idées, des propositions, des occasions de rencontres et je sais qu’il y a de la disponibilité chez les Françaises et les Français pour cette rencontre. En tout cas, en ce qui me concerne, avec vous, avec toute cette équipe, je l’ai dit, je prendrai ma part…» Personne, dans l’assemblée, ne doutait de ses intentions. Un discours tacite.

Anne Hidalgo, ces dernières années, ne s’est pas toujours sentie très proche de son parti, ne participant à aucune des réunions officielles, soucieuse de ne surtout pas mettre le doigt dans l’organisation. Mais contrairement à Ségolène Royal qui vient tout juste de reprendre sa carte du PS – à la veille des élections des sénatoriales des représentants des Français de l’Étranger auxquelles elle postule – la maire de Paris n’a jamais vraiment coupé les ponts.

«Un moment de renaissance»

«Je suis là aujourd’hui, dans un moment que je considère comme très fort, sans doute un moment de renaissance, a-t-elle donc confié au public socialiste. Surtout un moment où on se dit que ce qui nous attend est une très belle aventure démocratique et nous allons être en fidélité avec les valeurs qui sont les nôtres, en fidélité avec les valeurs de la République. Nous allons être cette force politique qui va porter ce projet et qui va aller à la rencontre des Françaises et des Français».

Face à Jean-Luc Mélenchon qui domine pour le moment le paysage à gauche dans les sondages, elle a dit sa conviction : «Les Français ont envie, non pas de retrouver la révolution, mais plutôt des rapports pacifiés, plus sereins, plus respectueux, où on se considère à hauteur de regards…»

Leave a Reply

%d bloggers like this: