Amy Coney Barrett, candidate de Trump à la Cour suprême – Libération

Spread the love
  • Yum

Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage

Vu des États-Unis

Abonnés

Le juge Amy Coney Barrett a été nommée par le président américain Donald Trump pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême.
Le juge Amy Coney Barrett a été nommée par le président américain Donald Trump pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême. Photo Olivier Douliery. AFP

Le président a officiellement nommé samedi cette juge conservatrice de 48 ans pour succéder à Ruth Bader Ginsburg.

Huit jours après le décès de la juge Ruth Bader Ginsburg, et alors que l’icône progressiste n’a pas encore été inhumée, Donald Trump a officialisé samedi depuis la Maison Blanche le nom de sa candidate pour lui succéder à la Cour Suprême. Aux antipodes de «RBG», Amy Coney Barrett, juge fédérale à la cour d’appel des Etats-Unis, est une catholique de 48 ans, connue pour ses convictions religieuses traditionalistes. Sous réserve d’une confirmation par le Sénat, elle viendra renforcer la majorité conservatrice au sein de la plus haute instance judiciaire américaine, dont les juges, qui y siègent à vie, arbitrent les grands débats de société, du port des armes à l’avortement. Amy Coney Barrett «défendra vos droits et libertés accordés par Dieu», a promis le président américain à ses partisans, lors d’un meeting en Pennsylvanie samedi soir.

A lire aussi: Aux Etats-Unis, la bataille pour la Cour suprême électrise la campagne

«Loyauté inflexible»

Un peu plus tôt à la Maison Blanche, le présid

Libération réserve cet article à ses abonnés
Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous

devices-picture

3 mois pour 8€

Soutenez notre indépendance

  • Tous nos articles en illimité
  • Le journal en version numérique le jour de sa parution
  • Nos newsletters exclusives
  • CheckNews, notre service de fact checking


Isabelle Hanne Correspondante à New York

Un mot à ajouter ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *