Amazon recrute un ex-dirigeant de la NSA

Spread the love
  • Yum

Amazon recrute un ex-dirigeant de la NSA

Amazon s’est offert les services d’une figure connue dans le monde de la tech américaine : la société de Jeff Bezos a annoncé aujourd’hui l’arrivée de Keith Alexander au sein de son comité de direction. Si le nom vous dit quelque chose, c’est que vous avez probablement entendu parler de lui au moment des révélations d’Edward Snowden : Keith Alexander était alors directeur de la NSA et du CyberCommand US, postes qu’il a quitté en 2013 pour fonder une société de cybersécurité baptisée IronNet.

Keith Alexander s’était retrouvé sous le feu des projecteurs suite aux révélations d’Edward Snowden qui avait détaillé en 2013 l’étendue des programmes d’espionnage de la NSA, l’agence américaine de renseignement spécialisée dans la collecte d’informations sur le terrain numérique. Keith Alexander avait notamment donné plusieurs interviews, qui lui avaient permis de donner le point de vue de la NSA sur les révélations Snowden et sur les liens qu’entretenait l’agence avec les grandes entreprises technologiques américaines. Sur Twitter, Edward Snowden a mentionné l’arrivée de son ex-patron en ironisant sur le fait que le “Hey Alexa” d’Amazon pouvait maintenant faire office de raccourci pour “Hey Keith Alexander”, rappelant au passage la mainmise d’Amazon sur internet.

publicité

Amazon a annoncé l’arrivée de l’ex-dirigeant de la NSA dans une déclaration auprès de la SEC, l’autorité américaine des marchés financiers. Selon les documents fournis et les indications sur le site d’Amazon, celui-ci sera chargé de superviser les activités du comité d’audit d’Amazon. Auprès de TechCrunch, Amazon rappelle qu’il y a des « règles strictes encadrant les conflits d’intérêt pour les contrats gouvernementaux et qu’Amazon continuera de les respecter ».

Le recrutement de Keith Alexander intervient alors qu’Amazon a entamé plusieurs procédures en justice après avoir perdu l’appel d’offre JEDI, qui visait à fournir une infrastructure cloud à destination du ministère américain des Armées. Le marché a finalement été remporté par Microsoft au mois d’octobre 2019, mais Amazon estime que le président des Etats-Unis a influencé le choix final et que l’animosité de Trump à l’égard de Jeff Bezos a fait perdre le contrat à Amazon. Le recrutement d’un ex-dirigeant de la NSA et fin connaisseur des rouages de la défense américaine est donc une aubaine pour Amazon, qui bénéficiera sûrement du carnet d’adresse de l’ex-commandant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *