Allocution de Jean Castex sur la crise sanitaire : le gouvernement promet « plus de visibilité » – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le premier ministre, Jean Castex, sort d’une réunion hebdomadaire au palais de l’Élysée, à Paris, le 6 janvier 2021.

De nouveaux couvre-feux ? Quel calendrier pour la culture, pour la restauration, pour les stations de ski ? Jean Castex doit tenter, jeudi 7 janvier, de donner « plus de visibilité » aux secteurs touchés par la crise sanitaire, avant peut-être de prendre des mesures « plus lourdes » la semaine prochaine.

Le premier ministre et le ministre de la santé, Olivier Véran, doivent tenir à 18 heures une conférence de presse, au cours de laquelle ils entendent défendre la stratégie vaccinale du gouvernement et « donner le plus de visibilité possible aux acteurs qui en ont besoin, avec une part d’inconnu qui demeure sur la circulation du virus », selon le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Vaccination contre le Covid-19 : le gouvernement a fait appel à quatre cabinets de conseil

Jean Castex doit notamment faire savoir si de nouveaux départements seront concernés par un couvre-feu avancé à 18 heures (au lieu de 20 heures), comme c’est le cas pour 15 d’entre eux depuis le début du mois. « C’est une carte qui peut évoluer dans un sens comme dans l’autre », a précisé M. Attal.

M. Castex évoquera une éventuelle prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin, avant d’entrer dans un régime transitoire jusqu’au 31 décembre 2021, selon Libération.

  • Vers des mesures plus lourdes

Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique (lequel guide le gouvernement), estime que « cela va mieux actuellement que dans les autres pays européens », dont certains ont choisi de reconfiner, écoles comprises (Royaume-Uni, Irlande), ou de prolonger les mesures de fermeture (Allemagne).

Le nombre de patients hospitalisés a légèrement baissé mercredi en France, s’établissant à 24 708 (– 163 en vingt-quatre heures), et le nombre de malades en réanimation, au nombre de 2 607 (– 9), était quant à lui stable.

Mais, avec 25 379 cas confirmés de Covid-19 sur cette journée, « on arrive à des chiffres préoccupants », prévient-il. Et, « au milieu de la semaine prochaine », quand seront connus les chiffres des contaminations pendant les fêtes de fin d’année, « ce sera peut-être le moment de discuter de mesures plus lourdes », ajoute-t-il, faisant planer l’ombre d’un troisième confinement.

« L’urgence absolue, aujourd’hui, c’est de bloquer la troisième vague qui est en train d’arriver et de prévenir un troisième confinement », a alerté jeudi sur Franceinfo la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, en appelant les Français à « retourner se faire tester massivement ».

  • Répondre aux accusations de « fiasco » de la vaccination

Sous le déluge des critiques de l’opposition quant à la stratégie vaccinale, Jean Castex (qui sera aussi accompagné par Alain Fischer, le « M. Vaccins » du gouvernement) a promis qu’il s’exprimerait « longuement » sur le sujet, après avoir dénoncé des « polémiques stériles », qui « n’ont jamais sauvé aucune vie ». Le premier ministre pourrait en outre détailler les missions exactes du cabinet de conseil privé McKinsey & Company, qui va désormais épauler le gouvernement dans sa stratégie vaccinale.

Forts de leur implantation de terrain, les élus de droite fustigent le « fiasco » de la vaccination, y voyant un « échec » d’Emmanuel Macron et déplorant la lourdeur de l’administration. Parmi ces derniers figure le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, qui a critiqué jeudi sur BFMTV « un Etat obèse, bureaucratique ». Les présidents de région ont demandé mercredi à l’Etat qu’il les autorise à acheter des vaccins – soit l’une des neuf propositions adressées au gouvernement en vue de « redresser la barre ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Campagne de vaccination en France : les élus locaux montent au créneau
  • Un objectif de 12 à 14 millions de Français vaccinés à la mi-avril

Ce mercredi, 12 500 vaccinations avaient été réalisées (contre 5 000 mardi en fin d’après-midi), selon le cabinet du ministre de la santé. Etrillé à cause d’un démarrage au compte-gouttes, le gouvernement a promis d’accélérer, en permettant sans délai à tous les professionnels de santé soit de plus de 50 ans soit à risque (et plus seulement aux résidents et personnels des Ehpad) de recevoir la fameuse injection dans les hôpitaux.

Olivier Véran, qui sera entendu le 12 janvier par la commission des affaires sociales du Sénat, a aussi prévu de permettre la vaccination, dans des centres prévus à cet effet, pour toutes les personnes âgées de plus de 75 ans – et ce avant la fin du mois. M. Attal a ainsi annoncé qu’ouvriraient, cette semaine, « 100 centres destinés à la ville », puis « 300 la semaine prochaine, et 500 celle d’après ». Selon Olivier Véran, ce sont entre 12 et 14 millions de Français qui pourraient ainsi être vaccinés « à la mi-avril ».

Concernant les doses disponibles, aux 500 000 doses hebdomadaires du vaccin Pfizer/BioNTech devraient s’ajouter celles de l’américain Moderna, à raison de 200 000 « le premier mois », puis de « 500 000 par mois », selon le gouvernement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La France se prépare à l’arrivée du vaccin de Moderna
  • « Un calendrier de réouverture progressif »

Dans les stations de ski, les remontées mécaniques ne rouvriront pas jeudi, comme initialement envisagé, a affirmé mercredi soir à l’Agence France-Presse (AFP) le secrétaire d’Etat chargé du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, qui invoque « un palier plutôt ascendant en [matière] de nouveaux cas [de Covid-19] et de réanimations ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’annonce d’une réouverture des remontées mécaniques repoussée, les stations de ski craignent de voir leur saison compromise

A propos des lieux culturels, Gabriel Attal a évoqué « un calendrier de réouverture qui pourrait être progressif » et commencerait « par certains acteurs » tels que les musées.

Le gouvernement est aussi attendu sur la réouverture des bars et des restaurants, qui ne pourront sans doute pas reprendre leur activité le 21 janvier (comme il était initialement prévu).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Notre droit n’est plus en mesure de sauver des vies » : la bureaucratie française, coupable idéale des ratés de la vaccination

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: