Alibaba : Ant pourrait regrouper ses filiales pour rassurer Pékin

Spread the love
  • Yum

Alibaba : Ant pourrait regrouper ses filiales pour rassurer Pékin

Ant Group envisage de regrouper la majeure partie de ses activités de finance en ligne, dont le crédit à la consommation, au sein d’une holding placée sous le même régime réglementaire que les institutions financières traditionnelles, mentionne Reuters.

Les autorités chinoises, à commencer par la banque centrale, souhaitent voir le groupe réunir au sein d’une structure unique ses activités de gestion de patrimoine et de distribution de produits d’assurance ainsi que MYbank, une banque en ligne dont il est actionnaire minoritaire.

Nul ne sait cependant si Alipay, la filiale de paiements qui est la deuxième source de revenus du groupe après le crédit à la consommation, sera incluse dans cette nouvelle structure.

publicité

Alibaba est dans le collimateur du régime chinois

Pékin a brutalement interrompu début novembre le processus d’introduction en Bourse d’Ant à Shanghai et Hong Kong, une opération de plus de 30 milliards d’euros, et ce sans préciser les motifs de cette décision.

Et depuis, les autorités chinoises ont multiplié les interventions visant le groupe bâti par le milliardaire Jack Ma, également fondateur d’Alibaba, numéro un chinois du commerce en ligne.

Dimanche dernier, la Banque populaire de Chine (BPC), la banque centrale du pays, a demandé à Ant de réorganiser ses activités de crédit et de services financiers aux particuliers.

Par ailleurs, Alibaba est dans le collimateur du régime chinois concernant des pratiques anticoncurrentielles présumées. L’administration d’Etat pour la régulation du marché mentionne que son enquête porte sur la politique d’Alibaba vis à vis des commerçants qui utilisent sa marketplace, selon laquelle les commerçants sont obligés de vendre exclusivement sur Alibaba au détriment des plateformes concurrentes, JD.com et Pinduoduo.

Pékin multiplie les efforts pour freiner les géants de l’internet en plein expansion dans le pays. Les pouvoirs publics s’inquiètent de la puissance des groupes technologiques, dont Alibaba et Tencent, et en particulier de leurs incursions dans le secteur des prêts en ligne.

Leave a Reply

%d bloggers like this: