Alan rejoint le cercle fermé des licornes françaises en levant 185 millions d’euros

Spread the love
  • Yum

Alan ne connaît pas la crise, bien au contraire. L’assurance santé digitale lancée en 2016 a même obtenu 100 % de croissance en 2020, pour un revenu annuel de 100 millions d’euros. Elle vient de boucler un financement de 185 millions d’euros, ce qui place sa valorisation à 1,4 milliards d’euros. Sans faire de bruit, la startup a ainsi rejoint le cercle restreint des licornes françaises.

Pour réussir son nouveau tour de table, Alan a su convaincre des investisseurs tels que Dragoneer et Exor. Index Ventures, Ribbit Capital, Temasek, et Coatue Management. Cette dernière, avec 35 milliards d’actifs est l’une des plateformes d’investissement les plus importantes au monde. On la retrouve dans le capital de compagnies aussi célèbres que ByteDance (la maison mère de TikTok), Instacart, Snap, ou encore Spotify.

Objectif : un million d’assurés d’ici 2023

Le PDG de Coatue, Philippe Laffont s’est d’ailleurs expliqué sur son choix : « Nous sommes heureux d’aider Alan à transformer le marché de la santé, Avec son approche unique centrée sur l’humain, Alan est en mesure de réduire significativement les coûts pour le système de santé. Nous sommes fiers de partager la vision d’Alan pour une “super-app” de santé. »

De quoi réjouir Jean-Charles Samuelian-Werve, co-fondateur et PDG d’Alan. Cité par nos confrères des Échos, il résume ainsi la philosophie de l’entreprise : « Nous voulons rendre l’accès aux soins le meilleur possible, comme si vous étiez un chef d’État avec son médecin personnel dans la poche. »

Fort de ses nouveaux moyens, la compagnie prévoit donc de s’adapter localement à la situation de chaque pays. Pour la France notamment, elle veut se tourner avec les entreprises en investissant « dans l’automatisation des démarches RH, l’affiliation des employés à l’assurance santé et à la prévoyance, la gestion des fiches de paye et des arrêts de travail. » En Belgique, des moyens seront consacrés au chat médical et au soutien psychologique. Enfin, les clients espagnols bénéficieront d’un service de conciergerie médicale afin de les aider à trouver le bon médecin et prendre rendez-vous.

Cet apport est aussi une bonne nouvelle sur le front de l’emploi et Alan recrutera 400 personnes supplémentaires dans toute l’Europe, notamment pour ses équipes internationales dont l’effectif passera de 30 à 140. L’objectif de la société est de couvrir 1 million de personnes d’ici 2023 et d’être rentable en France d’ici deux ans.

4 / 5

67,7 k avis

Leave a Reply

%d bloggers like this: