POLITIQUE – La ville de Bordeaux va perdre son maire. Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a proposé le nom de l’ancien premier ministre Alain Juppé comme membre du Conseil constitutionnel. Selon LCI, l’édile de la préfecture de Gironde doit annoncer sa démission ce jeudi mais il a d’ores et déjà donné son accord. Il remplacera Lionel Jospin, entré en fonction en janvier 2015.

Neuf membres siègent au Conseil de la rue Montpensier, actuellement présidé par l’ancien premier ministre Laurent Fabius, pour un mandat de neuf ans renouvelé par tiers. “Alain Juppé s’est toujours consacré au service de la vie publique. Par ses fonctions successives de député, de ministre, de premier ministre, mais aussi d’élu à la ville et à la Métropole de Bordeaux, ce grand serviteur de l’État et des territoires fera bénéficier de son expérience les gardiens de la Constitution”, précise le communiqué du président de l’Assemblée nationale.

“M. Alain Juppé est un homme d’État, fort d’une expérience de la décision publique, qui saura avec une véritable exigence républicaine garantir le respect des principes et des règles fondamentales de la Constitution de la République”, plaide encore Richard Ferrand cité dans ce communiqué.

Un Sage venu de LR et proche de LREM

Avec cette nomination, La République En Marche acte un rapprochement de plus avec l’aile modérée des Républicains, dont Alain Juppé a longtemps été le champion. Le premier ministre Edouard Philippe est lui-même l’ancien bras droit du maire de Bordeaux et n’a jamais coupé les liens avec lui depuis sa nomination à Matignon.

Très critique à l’encontre de Laurent Wauquiez et de l’évolution de l’ex-UMP dont il était le cofondateur, Alain Juppé n’avait pas renouvelé sa carte chez Les Républicains et s’est prononcé en faveur d’une large alliance avec la majorité présidentielle en vue des élections européennes.

Encore récemment, Emmanuel Macron avait convié plusieurs anciens ténors du centre-gauche et du centre-droit, dont Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et Pierre Moscovici pour consolider son arc d’alliances tout en négociant des accords avec les partis MoDem ou Agir.

Soumis à un devoir de réserve en tant que membre du Conseil constitutionnel, Alain Juppé ne pourra donc pas participer à la campagne des européennes.

Macron choisit Mézard

Au même moment, la présidence de la République a annoncé dans un communiqué qu’Emmanuel Macron proposerait le nom de son ancien ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard pour siéger au Conseil constitutionnel. Exfiltré lors du dernier remaniement, ce radical rallié à La République En Marche avait alors retrouvé son poste de sénateur.

De son côté, le président du Sénat Gérard Larcher a choisi le sénateur divers droite du Cher François Pillet, ancien avocat de 68 ans, pour siéger au Conseil constitutionnel.

À voir également sur Le HuffPost: