Airbus commence les essais en vol d’une cabine connectée à bord de l’A350-900. Le prototype deviendra une vitrine afin de présenter la solution aux clients de l’avionneur.

Tout comme les constructeurs automobiles, les fabricants d’avions accélèrent leur transformation numérique. Airbus mise notamment sur l’utilisation de l’Internet des Objets au service des passagers.

L’année dernière, le groupe a dévoilé l’Airspace Connected Experience au salon APEX Expo. Pour cette innovation, il a reçu un prix lors de l’édition 2019. Ce projet consiste en une cabine connectée conçue en partenariat avec le fabricant de sièges Recaro et Stelia Aerospace, un équipementier du secteur.

Airbus teste sa cabine connectée dans un laboratoire volant

Le 11 septembre, Airbus a annoncé le déroulement des premiers essais en vol à bord du Flight Lab, un A350-900 transformé en laboratoire. L’avionneur va notamment tester les prototypes iSeat, des sièges connectés conçus par Recaro, et la plateforme Connected Galley mise au point par Gate group. Celle-ci consiste en un système de gestion à distance, un écran OLED et une infrastructure IoT développée par Airbus à partir de logiciels libres.

La cabine connectée a pour objectif d’offrir “une nouvelle expérience personnalisée pour les passagers” et une source de revenus supplémentaire pour les compagnies aériennes. La plateforme utilisera les données disponibles du client pour faciliter la commande à distance de repas, la réservation d’un coffre à bagage privatisé, la configuration des sièges, ainsi qu’une personnalisation des contenus vidéo sur le système d’infotainment en vol. Ajoutons que les informations seront récoltées en temps réel.

Permettre aux compagnies aériennes de générer des revenus supplémentaires

De leur côté, l’avionneur promet aux compagnies aériennes qu’elles seront en mesure de générer des revenus supplémentaires. Pour cela, il mise sur la publicité ciblée, la vente au détail et de nouveaux services.

Par ailleurs, la cabine connectée permettra d’améliorer l’efficacité opérationnelle grâce à la maintenance prédictive. Les transporteurs pourront réduire les déchets et ajouter des services en vol. Pour les équipages, ces outils numériques augmenteront l’environnement de travail, selon Airbus. Les stewards disposeront d’une tablette pour contrôler les différents éléments de la cabine connectée.

Avant le lancement des essais en conditions réelles, le constructeur a longuement testé les équipements IoT au sol. Les appareils et les performances de la plateforme de traitement de données seront éprouvés lors de cycles de vol normaux. Ensuite, l’avionneur poursuivra des expériences avec les compagnies et compte arrêter la boucle de feedback d’ici la fin de l’année.