Airbus des batteries électriques, c’est fait !

Spread the love
  • Yum

Airbus des batteries électriques, c'est fait !

C’est une des initiatives mise en avant dans le cadre du plan de relance annoncé par le gouvernement français hier jeudi. L'”Airbus des batteries” électrique doit permettre d’accélérer la coopération entre PSA (Peugeot, Citroën, Opel) et Total. Et cela dans le cadre d’une co-entreprise dont l’objectif est la fabrication de ces batteries électriques.

La co-entreprise, dont la création a été annoncée hier jeudi, se nomme « Automotive Cells Company » (ACC), et réunira Opel, filiale de PSA, et Saft, filiale de Total à 50/50. Cette alliance devrait accueillir ultérieurement le constructeur français Renault.

La projet avait été annoncé en janvier dernier. L’idée ? Faire émerger une filière européenne face à la concurrence asiatique, avec un enjeu de souveraineté industrielle. “Avec cette association, les partenaires mettent en place un acteur mondial de référence dans le développement et la fabrication de batteries pour l’industrie automobile au meilleur niveau de performance dès 2023”, ont précisé PSA et Total dans leur communiqué.

publicité

Un centre de R&D à Bordeaux et un site de production pilote à Nersac

Un centre de R&D à Bordeaux et un site de production pilote à Nersac (Charente) sont “déjà en phase de démarrage pour permettre la mise au point de nouvelles technologies de cellules lithium-ion de haute performance”, ont indiqué PSA et Total. La fabrication en série sera lancée à l’issue de la phase de R&D dans deux usines : à Douvrin, dans le nord de la France, puis à Kaiserslautern en Allemagne. L’objectif est d’atteindre une capacité de 8 GWh dans un premier temps, puis une capacité cumulée de 48 GWh à l’horizon 2030 sur l’ensemble des deux sites.

Cela correspondra à la production de 1 million de véhicules électriques par an, soit plus de 10% du marché européen, selon le communiqué.

En Europe, les ventes de véhicules électriques sont en plein essor sous la pression de réglementations environnementales toujours plus sévères. Or, les batteries représentent à elles seules un tiers de la valeur ajoutée des véhicules. Et à ce jour, elles sont la chasse gardée de champions chinois, japonais (lire Toshiba annonce une batterie de voiture électrique qui se recharge en 5 minutes) et sud-coréens. L’Europe représente seulement 1% de la production mondiale.

Le numérique embarqué dans le plan de relance

Le plan de relance gouvernemental porte sur un montant global de 100 milliards d’euros. 7 milliards d’euros vont être consacrés aux projets numériques. Dans cette enveloppe de 7 milliards d’euros, la moitié (3,7 milliards d’euros) sera entièrement consacrée au développement des start-up et de la « souveraineté technologique française ». Un engagement de 2,4 milliards d’euros sera consacré aux technologies numériques de ruptures, dans l’optique de pousser certains enjeux cruciaux sur la scène nationale, comme la cybersécurité, l’IA, le cloud ou encore l’e-santé.

Le gouvernement prévoit aussi d’engager 2,3 milliards d’euros pour accélérer la transition numérique des secteurs public et privé. Un budget réparti comme tel : 1,7 milliard sera alloué à la transformation de l’Etat et des territoires d’une part, et de l’autre 385 millions d’euros devront permettre d’accélérer la stratégie des petites et moyennes entreprises. Les filières aéronautique et automobile, durement frappées par la crise, bénéficieront d’une enveloppe de près de 200 millions d’euros dans les plans de soutien qui leur sont dédiés.

Côté réseau, Infranum a salué l’allocation de 240 millions d’euros supplémentaires prévus par ce plan pour poursuivre le déploiement de la fibre optique sur le territoire.

Pour aller plus loin

Quand les voitures électriques se rechargeront sans contact jusqu’à 100 km/h

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *