Afghanistan : les talibans rejettent la proposition de Macron d’établir une zone protégée à Kaboul – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

La question sera au cœur des discussions de ce lundi. Alors que la France et le Royaume-Uni comptaient plaider dans la journée au Conseil de sécurité de l’Onu pour la création d’une safe zone à Kaboul, les talibans ont estimé qu’elle ne serait pas « nécessaire ». C’est ce qu’a déclaré leur porte-parole, Suhail Shaheen, à franceinfo.

« Ce n’est pas nécessaire, l’Afghanistan est un pays indépendant. Peut-on créer une telle zone en France ou au Royaume-Uni ? » a déclaré Suhail Shaheen. « Chaque Afghan pourra de toute façon, après le 31 août, voyager à l’étranger s’il le souhaite », a-t-il ajouté. Il a également indiqué que les talibans essayaient de rouvrir l’aéroport au plus vite.

Un projet de résolution présenté ce lundi

Alors que les cinq membres permanents du Conseil de sécurité doivent se réunir ce lundi au sujet de la crise afghane, Londres et Paris élaborent un « projet de résolution » qui « vise à définir, sous contrôle onusien, une safe zone à Kaboul qui permette de continuer les opérations humanitaires », a indiqué Emmanuel Macron au Journal du Dimanche.

« C’est très important. Cela donnerait un cadre des Nations unies pour agir dans l’urgence, et cela permettra surtout de mettre chacun devant ses responsabilités et à la communauté internationale de maintenir une pression sur les talibans », a-t-il ajouté. « Nous avons encore sur nos listes plusieurs milliers d’Afghans et d’Afghanes que nous souhaitons protéger », précise le chef de l’État.

VIDÉO. Une femme afghane accouche d’une petite fille dans un avion d’évacuation

Ils sont « à risque en raison de leurs engagements – des magistrats, des artistes, des intellectuels – mais aussi beaucoup d’autres personnes qui ont été signalées par des proches et dont on nous dit qu’elles sont à risque », poursuit-il, évoquant aussi la situation des femmes « qui ont été éduquées ces vingt dernières années, en particulier dans les villes, et qu’on doit aider à échapper à la répression. »

Les talibans nient avoir établi une « liste noire »

Les talibans ont démenti ces affirmations auprès de franceinfo. Alors qu’un rapport de l’ONU les accuse de posséder des « listes prioritaires » d’individus qu’ils souhaitent arrêter, Suhail Shaheen a affirmé que « ce rapport est sans fondement. Ils [le rapport] affirment qu’il existe une liste pour cibler les gens, les chercher, les identifier, les arrêter et les tuer. Mais il n’y a rien de tel ».

« Certaines personnes à l’origine de ces informations, des membres du NDS, le service de renseignement de l’administration sortante à Kaboul » ont été arrêtées. Selon lui, elles « ont fait cela pour créer un climat de peur parmi les gens. Mais de notre côté, il n’y a pas de liste noire, il n’y a aucune liste. Et on a accordé une amnistie générale à tous ceux qui travaillaient avec les forces étrangères ou avec l’administration de Kaboul ». Les talibans poursuivent ainsi leur opération de dédiabolisation.

Leave a Reply

%d bloggers like this: