Affaire Olivier Duhamel : plusieurs proches du politologue ont démissionné de leur fonction – Franceinfo

Spread the love
  • Yum

L’onde de choc de l’affaire Olivier Duhamel, accusé d’inceste dans le livre de sa belle fille Camille Kouchner, atteint son entourage. Plusieurs proches du politologue ont démissionné de leur fonction mardi 13 janvier. Marc Guillaume, ancien secrétaire général du gouvernement et actuel préfet d’Ile-de-France, démissionne de plusieurs institutions présidées par Olivier Duhamel, et l’ancienne Garde des Sceaux, Elisabeth Guigou, renonce à la présidence de la commission indépendante sur l’inceste. L’ex-ministre socialiste dit ne plus pouvoir conduire sa mission “avec la sérénité nécessaire”. Il était temps, estime Muriel Salmona, psychiatre et présidente de l’association mémoire traumatique et victimologie : “C’est un vrai soulagement qu’elle renonce à cette présidence par rapport au message très négatif qui sinon aurait été envoyé aux victimes. Elle était dans le cercle qui avait mis en place cette loi du silence, tout ce déni que décrit Camille Kouchner, donc ce n’était pas possible.” Élisabeth Guigou était dans une “position difficile”, relève Isabelle Aubry, la présidente de l’association Face à l’inceste : “C’est compliqué, d’autant qu’une enquête vient d’être ouverte. Il est peut-être possible aussi qu’elle soit entendue comme témoin.” 

L’ancienne ministre affirme qu’elle ignorait “les faits gravissimes dénoncés par Camille Kouchner dans son livre”. Même discours du préfet d’Ile-de-France qui prend quand même ses distances. Un autre proche d’Olivier Duhamel, le directeur de Science Po Frédéric Mion, a reconnu avoir été alerté sur ces accusations d’inceste en 2019. Un collectif de Science Po demande sa démission. “Frédéric Mion a fait une immense erreur en nous laissant comme il l’a dit lors de la leçon inaugural de première année 2020 ‘entre de bonnes mains’ en parlant de celles d’Olivier Duhamel”, explique Alexandre du syndicat étudiant Solidaires Science Po. Le syndicat a signé une tribune pour demander la démission de Frederic Mion. Il appelle aussi à manifester devant les locaux de Science Po Paris lundi 18 janvier.

Leave a Reply

%d bloggers like this: