©NSA
Le 15 mai dernier, Microsoft avait demandé une première fois aux utilisateurs des anciennes versions de Windows (7/XP/Vista, Server 2003 et Server 2008) d’appliquer le correctif CVE-2019-0708 qu’il venait de publier contre la faille BlueKeep. En se rendant compte deux semaines plus tard que plus d’un million d’ordinateurs et de serveurs n’avaient…