Les Gilets seront encore présents à Lyon ce samedi, pour l’acte 30 d’un mouvement en perte de vitesse. Ils étaient à peine 300, en comptant les Blouses blanches, pour l’acte 29, le 1er juin, et environ 200 la semaine précédente, le samedi 25 mai. « En étant optimiste, on espère 500 personnes », explique Warren, l’un des organisateurs de cette manifestation non déclarée. Le cortège jaune partira des Brotteaux (Lyon 6e) à 14h30, passera par la rue Vauban, la rue Garibaldi, l’avenue Félix-Faure et le cours Gambetta, avant de remonter jusqu’à La Guillotière.

L’événement Facebook dédié à cet acte 30 lyonnais est consacré à la lutte « contre l’augmentation des prix de l’essence », avec comme revendications annexes les demandes habituelles des Gilets jaunes : « Le RIC en toutes matières, la baisse des taxes sur les produits de premières nécessités, un meilleur pouvoir d’achat, la fin des privilèges des élus, l’instauration de l’urgence climatique et la reconnaissance du vote blanc. »

Comme les précédents samedis, la préfecture a mis en place un périmètre d’interdiction de manifestation de midi à 20 heures, ce samedi, qui concerne la rue de la République, la rue Joseph-Serlin, la rue Paul-Chevanard, la rue de Brest, la rue Émile-Zola, la rue Colonel-Chambonne, la rue Victor-Hugo et la rue des Marronniers. Il n’y aura pas de filtrage, mais des contrôles pourront être effectués.

De leur côté, les Gilets jaunes devront composer avec la chaleur, qui avait mis à mal les participants la semaine passée. Le trajet a donc été pensé pour être le plus possible à l’ombre. Mais aussi avec la « concurrence » de l’appel à une manifestation nationale à Montpellier. « Beaucoup descendent là-bas, ce sont les plus déterminés qui y vont », ajoute Warren, le Gilet jaune organisateur. Le préfet Pascal Mailhos a néanmoins prévu le même dispositif de maintien de l’ordre que pour les actes précédents, même si « le mouvement est en décroissance complète », souffle-t-on du côté de la préfecture du Rhône.

O. P.-V.