Accusé d’inceste, le constitutionnaliste Olivier Duhamel démissionne de ses fonctions à la tête de la Fondatio – franceinfo

Spread the love
  • Yum

“Je ne pouvais plus me taire.” Camille Kouchner, avocate et maître de conférences en droit privé, affirme, dans un livre intitulé La Familia grande (éditions Le Seuil), publié jeudi 7 janvier, que son frère jumeau a subi, à l’adolescence, des gestes incestueux de leur beau-père, le constitutionnaliste Olivier Duhamel. “Ce livre est né de cette nécessité : témoigner de l’inceste pour montrer que ça dure des années et que c’est très, très difficile de se défaire du silence. Je ne l’ai pas écrit au nom de mon frère, mais des sœurs, des nièces, de toutes les personnes touchées par l’inceste”, explique la juriste dans une interview accordée à L’Obs (article pour abonnés) et publiée lundi en fin de journée.

Contacté par le même hebdomadaire, Olivier Duhamel s’est refusé à tout commentaire. “Je n’ai rien à dire sur ce qui, de toute façon, sera, je ne sais pas, n’importe quoi, déformé ou quoi”, a-t-il expliqué. Dans la foulée, Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et président du conseil d’administration du Siècle, a fait savoir sur Twitter qu’il démissionnait de ses fonctions.

Dans son ouvrage, Camille Kouchner livre ce que son frère jumeau, qu’elle renomme “Victor” (elle a choisi de ne pas donner son vrai prénom), lui a confié dans les années 1980, alors qu’ils avaient 14 ans : “Il est venu dans mon lit et il m’a dit : ‘Je vais te montrer. Tu vas voir, tout le monde fait ça.’ Il m’a caressé et puis tu sais…” Il n’a jamais voulu se confier et les jumeaux ont gardé ce terrible secret jusqu’en 2008. Mais cette année-là, Victor Kouchner se confie à sa mère, Evelyne Pisier, une spécialiste de l’histoire des idées politiques. Cette dernière a été mariée avec Bernard Kouchner, ancien ministre, avec qui elle a vécu de la fin des années 1960 à 1980, et avec qui elle a eu trois enfants, dont les jumeaux Camille et Victor. Mais en 2008, Evelyne Pisier protège son second mari, Olivier Duhamel, et choisit le silence. C’est également ce que raconte Camille Kouchner dans son livre, selon L’Obs et Le Monde (article payant) : “J’ai été surprise de la violence de ma mère, de son déni. Cette violence m’a enfermée dans le silence, encore plus.” Evelyne Pisier est morte en 2017.

Le père des enfants a réagi dans un communiqué transmis à l’AFP par son avocate, Maryline Lugosi. “Un lourd secret qui pesait sur nous depuis trop longtemps a été heureusement levé”, a réagi Bernard Kouchner. “J’admire le courage de ma fille Camille”, a-t-il également indiqué.

Leave a Reply

%d bloggers like this: