La liste des révélations embarrassantes s’allonge pour François de Rugy. Après les dîners fastueux au homard, les travaux d’un montant de 63.000 euros dans son logement de fonction, puis l’occupation d’un appartement à vocation sociale à Orvault révélés par Mediapart depuis le début de la semaine, le ministre de la Transition Écologique est une nouvelle fois sous le feu des projecteurs.

Ce vendredi, le site d’investigation révèle les raisons pour lesquelles François de Rugy n’aurait pas payé d’impôts sur le revenu en 2015. Mediapart explique qu’il ne s’agit pas d'”une fraude de l’actuel ministre d’État”, mais d'”un régime très favorable dont jouissaient les parlementaires au moment de la location du bien”.

Des dons “aux organismes reconnus d’intérêt général”

À partir de sa feuille d’imposition sur ses revenus de 2014, le site explique qu’en juillet 2016, quand François de Rugy est nommé vice-président de l’Assemblée nationale, il vient de se séparer de son épouse qui aura leurs enfants à charge. À l’époque lorsqu’il fait la demande pour un T2, son statut de célibataire sans enfants lui permet d’avoir accès à ce logement qui relève du Scellier social. Le ministre assure qu’il ignorait le statut de ce logement à l’époque. 

D’après Mediapart, la raison pour laquelle François de Rugy n’aurait pas payé d’impôts sur ses revenus de 2014 est due au fait qu’il a fait “25.051 euros de dons aux organismes reconnus d’intérêt général”, ce qui donne droit à un avantage dans la limite de 20 % du revenu imposable. Des dons retenus “à hauteur de 8477 euros, donnant droit à une réduction d’impôts de 4 061 euros”, précise le site d’investigation.

Ce à quoi François de Rugy a répondu ce vendredi soir dans une publication Twitter: “Une seule raison: les dons de 1200 euros que je faisais chaque mois au parti EELV en tant que député du groupe EELV, comme TOUS les autres députés du groupe, et comme tous les autres parlementaires qui financent ainsi leurs partis et la vie politique”, justifie-t-il.