La manifestation nocturne de l’acte XVII des Gilets jaunes tarbais s’était pourtant déroulée dans un calme relatif. Mais, au fil des heures de kilomètres dans les rues de Tarbes, la mobilisation nocturne des gilets jaunes a soudain dérapé. Aux alentours de minuit, alors qu’il ne restait qu’une petite centaine de gilets jaunes dans le centre-ville, une voix s’est élevée « on va à la gendarmerie et chez les Francs-Maçons! ».

Les forces de l'ordre sont intervenues rapidement. Les forces de l’ordre sont intervenues rapidement. – PHOTO DDM LAURENT DARD

Surprise d’une partie des manifestants mais tous ont pris la direction de la rue Massey pour dévier ensuite rue Dalloz ou l’un d’entre eux, gilet jaune et masque sur le visage a commencé à s’en prendre à l’interphone qu’il a arraché. Il a ensuite saccagé la boîte aux lettres et tiré violemment sur le portail de la loge Maçonnique du Grand Orient de France sous les encouragements d’une dizaine de personnes qui lançaient des projectiles sur la façade.

De nombreux objets ont été détruits, d'autres renversés. De nombreux objets ont été détruits, d’autres renversés. – PHOTO DDM LAURENT DARD

Objets cassés, meubles renversés

Soudain, il a grimpé sur le mur, franchi les grilles et ouvert de l’intérieur le grand portail. Dans un grand fracas, plusieurs personnes se sont engouffrées dans les lieux dans un bruit de vitres brisées pour un saccage qui aura duré seulement quelques minutes. Le meneur est ressorti avec quatre épées qu’il a posées sur les fenêtres de la banque de France toute proche avant qu’un autre manifestant ne se ravise et ne ramène les objets.

Un manifestant a volé quatre épées avant de se raviser et de les rendre. Un manifestant a volé quatre épées avant de se raviser et de les rendre. – PHOTO DDM LAURENT DARD

Alertés, les responsables se sont rendus sur place pour constater les dégâts avec la police. A l’intérieur, débris de verres, des meubles renversés, objets cassés, tordus… La brève incursion n’avait pour but que de casser pour le plaisir.