Si les records d’audience et le salaire du PewdiePie vous avaient interpellé, celui de Ryan est encore plus troublant. D’après le dernier classement de Forbes, ce jeune américain de sept ans est celui qui génère le plus d’argent sur YouTube grâce aux recettes publicitaires. La chaîne du bambin, gérée par ses parents, a en effet engrangé 22 millions de dollars en un an, de juin 2017 à 2018.

Ouverte en 2015, alors que l’enfant n’avait que quatre ans, la chaîne Ryan’s Toys Review comptabilise actuellement 26 milliards de vues pour « seulement » 17 millions d’abonnés. Ces visionnages sont répartis sur 1225 vidéos d’une douzaine de minutes, où Ryan déballe la plupart du temps des nouveaux jouets. Cela équivaut quasiment à un contenu par jour.

D’abord très lié au milieu du high-tech, le phénomène de l’unboxing n’a cessé de croître pour se propager sur n’importe quel type de produit. Et quel meilleur ambassadeur pour des jouets qu’un enfant ? C’est grâce à l’une d’entre elles, où Ryan ouvre un œuf rempli de jouet de la franchise « Cars », que la chaîne a vu ses compteurs exploser.

Si le cas de ses enfants youtubeurs divise clairement les internautes, comme le montre la barre de dislikes sur ces vidéos, la loi qui entoure leur activité est encore très floue. Un vide juridique lié à l’activité, qui n’est pas toujours considéré comme du travail.

En France, l’unboxing par des plus jeunes n’est pas encadré par le Code du travail des mineurs de moins de 16 ans. Certaines associations, comme l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique, aimeraient que soient requalifiées ces pratiques, qui restent pour l’instant largement considérées comme un loisir privé. Une demande compréhensible, surtout si le nombre de vidéos publiées prive l’enfant d’autres activités sociales. Dans le cas de Ryan, il faut préciser qu’une chaîne secondaire (avec moins d’unboxing) existe et rassemble plus de trois millions d’abonnés.

Interviewée en 2016 par TubeFilter (et relayée par The Verge), la mère de Ryan s’en défend en expliquant à l’époque que les vidéos sont principalement filmées le weekend, et ne perturbe pas son rythme scolaire. De plus, ce dernier serait demandeur. Des allégations qu’il parait malgré tout bien difficile à vérifier.