A l’université d’été du PS, les écologistes ont séduit les socialistes – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Olivier Faure, premier secrétaire du PS, à l’université d’été du Parti socialiste, le 29 août à Blois.

Et soudain, l’université d’été du Parti socialiste (PS) s’est transformée en speed dating. Après une journée de débats, où les socialistes ont fait assaut de démonstration de la sincérité de leur conversion écologique, les écologistes ont, à leur tour, pris leurs plus beaux atours pour déclarer leur flamme au PS. Personne ne sait encore s’ils vont conclure mais, c’est promis, tous veulent l’unité pour 2022. Les salles de débat de la Halle aux grains de Blois (Loir-et-Cher), où se tenait le rendez-vous estival socialiste, ont bruissé deux jours durant des mots doux des deux partenaires qui ont, jusqu’ici, joué aux frères ennemis.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Olivier Faure renforcé à la tête du PS avec sa stratégie unitaire

Dans cet étalage de preuves d’amour, les représentants d’Europe Ecologie-Les Verts en ont fait des tonnes. Ils sont d’abord venus nombreux – deux candidats putatifs Yannick Jadot et Eric Piolle, le secrétaire national Julien Bayou, le député européen David Cormand, deux maires fraîchement élus Pierre Hurmic (Bordeaux) et Emmanuel Denis (Tours). Chacun y est allé de son compliment.

« Les socialistes ne sont pas que des partenaires, ce sont des amis », a lancé le premier le maire de Tours. David Cormand s’est fait poète en paraphrasant Jaurès : « C’est en allant vers l’écologie que le socialisme est fidèle à ses origines pour changer la société. » Même Cécile Duflot, ancienne ministre et directrice d’Oxfam France, a joué les intermédiaires zélées en donnant quelques recettes de réussite d’alliances : « Bougez-vous car on veut changer le monde », a-t-elle conseillé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Olivier Faure : « Il n’y a pas d’écologie possible sans justice sociale »

« La gauche, c’est ma famille »

Mais c’est Yannick Jadot qui aura effectué la plus belle danse de séduction. Il a d’abord fait « ami ami » avec Isabelle This Saint-Jean, secrétaire nationale aux études, qui présidait sa table ronde : « On va commencer par se tutoyer si on doit faire un projet ensemble. » Il a ensuite débordé le cadre imposé par le sujet – « L’opposition terrien-non terrien, nouveau clivage ? » – pour faire sa déclaration d’amour en appuyant sur les valeurs partagées. « L’écologie est irriguée par toutes les idées et l’histoire de la gauche. La gauche, c’est ma famille, je ne veux pas la fin du PS », a commencé le député. Rappelant ses parents enseignants, le candidat a précisé : « Derrière chaque socialiste, j’ai toujours vu un instituteur. » Les mots se faisaient si doux aux oreilles que les militants présents dans la salle en ronronnaient de plaisir.

Il vous reste 59.67% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *