A Beyrouth, Carlos Ghosn dénonce une « collusion » entre Nissan et le procureur japonais – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Carlos Ghosn est de retour devant les caméras pour une contre-attaque médiatique. L’ancien PDG de Renault-Nissan a affirmé se présenter devant la presse, mercredi 8 janvier, pour « laver son honneur », lors de sa première apparition publique, à Beyrouth, depuis son arrivée le 30 décembre au Liban, son pays d’origine.

Au cours des premières minutes de sa conférence de presse, M. Ghosn a dit « ne pas être ici pour expliquer » comment il avait fui le Japon, tout en affirmant qu’il avait été « arraché » à ses proches et à sa famille.

Il a estimé n’avoir « pas eu d’autre choix » que de fuir le Japon, où il est inculpé notamment pour malversations financières, une accusation d’après lui « sans fondement ».

« Qui faisait partie de ce complot ? »

« Ce sont des responsables de Nissan, du ministère public japonais qui sont à l’origine de mon calvaire », a-t-il déclaré, ajoutant que « la collusion entre Nissan et les procureurs est à tous les niveaux. (…) Quand j’ai demandé à mes avocats (…) ils ont dit qu’ils craignaient que cinq ans ne s’écoulent peut-être au Japon avant que je n’obtienne un verdict », a-t-il ajouté.

Selon lui « cette affaire coïncide avec le début du déclin des performances de Nissan début 2017 ». « Mon calvaire s’explique aussi par l’amertume au Japon face à l’interférence de l’Etat français dans l’alliance », a-t-il insisté. Il a porté une série d’accusations :

« Qui faisait partie de ce complot ? A l’évidence [Hiroto] Saikawa [le directeur général de Nissan, poussé à la démission après avoir reconnu avoir perçu une prime indue] en faisait partie, Hari Nada [ancien bras droit de Carlos Ghosn] en faisait partie et [Toshiaki] Onuma [le responsable du secrétariat chez Nissan]. Mais il y a bien d’autres personnes. [Masakazu] Toyoda, membre du conseil d’administration, faisait le lien entre le conseil de Nissan et les autorités. »

Face à la presse, il a redit mercredi qu’il lui était impossible d’exprimer « l’ampleur des privations » que lui ont imposées les autorités judiciaires japonaises et, en miroir, « [sa] profonde gratitude d’avoir pu retrouver [sa] famille et [ses] êtres chers ».

Les extraits de son intervention :

Carlos Ghosn, visé par une « notice rouge » d’Interpol à la demande du Japon, sera entendu jeudi par le procureur général du Liban, rapporte l’agence de presse nationale libanaise. Une notice rouge consiste à demander aux pays concernés de localiser et de procéder à l’arrestation provisoire d’une personne dans l’attente de son extradition, de sa remise ou de toute autre procédure judiciaire, mais Le Liban n’extrade pas ses ressortissants.

« Preuves réelles »

L’ancien président-directeur général de Renault-Nissan-Mitsubishi, qui distille savamment ses déclarations depuis son arrivée le 30 décembre au Liban, son pays d’origine, avait auparavant déclaré à une chaîne de télévision américaine qu’il avait des « preuves réelles » montrant qu’on voulait le faire tomber au Japon et qu’il allait donner des noms lors de cette conférence.

Lire notre enquête: Evasion de Carlos Ghosn : l’argent qui venait de Dubaï

Son équipe de communication a méticuleusement organisé le processus d’accréditation des journalistes autorisés à participer à cette conférence de presse, qui aura lieu mercredi à 14 heures au syndicat de la presse, dans la capitale libanaise.

Les journalistes se pressent devant une maison supposée appartenir à Carlos Ghosn, à Beyrouth, mercredi 8 janvier.

Carlos Ghosn, aidé de deux « barbouzes » américaines, s’est échappé du Japon à la fin de décembre par un jet privé, caché dans une malle de matériel musical, selon certains médias. Arrivé à Istanbul, il a changé de jet pour arriver à l’aube du 30 décembre au Liban, où il est entré muni d’un passeport français.

« Je peux enfin communiquer librement »

Sa fuite, qui fait déjà saliver les studios hollywoodiens, agace au Japon, où il avait été libéré sous caution. Les autorités ont dénoncé une évasion « injustifiable », tandis que le groupe automobile Nissan l’a qualifiée d’« extrêmement regrettable ». L’affaire a pris une ampleur internationale et des enquêtes sont en cours au Japon et en Turquie, où M. Ghosn a fait escale. Il fait aussi l’objet d’une demande d’arrestation d’Interpol, émise la semaine passée.

« Je n’ai pas fui la justice, je me suis libéré de l’injustice et de la persécution politique. Je peux enfin communiquer librement avec les médias », avait-il assuré dans un communiqué au lendemain de son arrivée au Liban.

Lire note récit : Derrière la fuite de Carlos Ghosn, un masque chirurgical, une malle percée et deux « barbouzes »

Interpellé en novembre 2018 à la descente de son jet privé au Japon, M. Ghosn avait été libéré sous caution en avril 2019, au terme de cent trente jours de prison. Assigné à domicile, il avait interdiction de quitter le Japon dans l’attente d’un procès dont la date n’avait pas été fixée, ainsi que de contacter son épouse Carole − visée désormais par un mandat d’arrêt de la justice japonaise.

M. Ghosn, détenteur des nationalités française, libanaise et brésilienne, fait l’objet de quatre inculpations au Japon : deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (également poursuivi), et deux autres pour abus de confiance aggravé.

Ses avocats refusent une perquisition au Japon

Le magnat déchu, ses proches et sa défense clament depuis le début son innocence et soutiennent qu’il a été victime d’un « complot » ourdi par Nissan pour le faire tomber, avec la complicité des autorités japonaises, car il s’apprêtait à organiser une fusion entre Renault et Nissan. Lors de sa conférence, il entend nommer ceux qui seraient responsables de son arrestation, a-t-il confié à une journaliste de la chaîne de télévision américaine Fox Business.

Des procureurs ont tenté mercredi de fouiller les bureaux d’un de ses avocats, Junichiro Hironaka, et de saisir des ordinateurs, mais l’accès leur a été refusé, les avocats invoquant la « confidentialité entre un avocat et son client ».

Son équipe juridique en France a fustigé les accusations de Nissan quelques heures avant la conférence de presse. Les affirmations selon lesquelles le constructeur automobile a mené une investigation poussée sur son ancien patron sont une « grosse déformation de la vérité », ont-ils assuré dans un communiqué. Cette enquête « a été lancée et entreprise dans le but spécifique et prédéterminé d’écarter Carlos Ghosn », ont-ils ajouté.

Lire le portrait : Carole Ghosn, une épouse « discrète », « forte » et première avocate de son mari

Notre sélection d’articles sur la fuite de Carlos Ghosn

Leave a Reply