75 % des encres de tatouage contiennent des « produits cancérigènes, neurotoxiques ou hautement allergisants », alerte l’UFC-Que choisir – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Un tatouage sur la peau peut être synonyme d’un cocktail de molécules toxiques dans le corps. Jeudi 18 février, l’association de consommateurs UFC-Que choisir a tiré la sonnette d’alarme, dénonçant la « présence de produits cancérigènes, neurotoxiques ou hautement allergisants » dans les trois quarts des encres les plus utilisées par les tatoueurs français.

L’association annonce avoir « saisit la DGCCRF [direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes] et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) pour procéder au retrait et au rappel de nombreux produits ».

Lire aussi Tatouages, faux ongles : gare aux risques sanitaires

Dérivés d’hydrocarbures

L’association a testé en laboratoire les 20 encres les plus utilisées par les tatoueurs français, et les couleurs les plus fréquentes – à savoir le noir, le rouge, le vert et le jaune. Résultat : il y a des « ingrédients cancérogènes, des conservateurs bannis des cosmétiques et des colorants interdits » dans 15 d’entre elles, s’alarme l’UFC-Que choisir.

Dans les encres noires, dont les tatoueurs font le plus usage, des dérivés d’hydrocarbures toxiques ont été retrouvés, et dans les rouges, vertes et jaunes, des pigments « qui risquent de se dégrader en libérant des amines aromatiques cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction et sensibilisantes », selon l’association, qui publie un dossier pour le mois de mars sur ce sujet disponible jeudi.

Ces composants sont susceptibles de provoquer des allergies qui peuvent se déclarer « très rapidement après la séance, ou des mois voire des années plus tard », relève l’association. Sans compter d’éventuels autres « effets délétères sur la santé qui, s’ils existent, apparaîtront dans des années », pointe l’UFC-Que choisir.

Lire aussi Le secret de l’éternité des tatouages découvert

Nouvelle réglementation européenne

Les candidats aux tatouages sont généralement attentifs aux conditions d’hygiène et de stérilité des aiguilles utilisées, mais pas à la composition des encres, qui est souvent inaccessible, souligne l’UFC-Que choisir dans son communiqué.

Les effets des pigments, des substances chimiques colorantes qui composent les encres, ne sont pas analysés avant d’être vendus sur le marché, relève l’association de consommateurs. Une nouvelle réglementation européenne, qui s’appliquera à compter de décembre 2021, encadre la composition et l’étiquetage de ces encres de tatouage.

Lire aussi Le tatouage, un art primitif devenu populaire

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: